Aliev exclut à nouveau toute négociation sur le statut du Karabakh

Le président azerbaïdjanais Ilham Aliev aurait exclu vendredi toute négociation avec l’Arménie sur le statut du Haut-Karabakh.

Aliev a également déclaré que la démarcation prévue de la frontière arméno-azerbaïdjanaise maintiendrait la souveraineté azerbaïdjanaise sur le Karabakh.

En mars de cette année, l’Azerbaïdjan a présenté à l’Arménie cinq éléments qu’il souhaite placer au cœur d’un traité de paix entre les deux nations. Ils incluent une reconnaissance mutuelle de l’intégrité territoriale de chacun. Erevan a déclaré qu’elles devraient être complétées par d’autres questions relatives à l’avenir du statut du Karabakh et à la sécurité de sa population.

Bakou a effectivement rejeté les contre-propositions arméniennes avant la dernière rencontre d’Aliev avec le Premier ministre Nikol Pachinian qui s’est tenue dimanche à Bruxelles. Pashinian a indiqué que les deux parties continuaient à être en désaccord sur l’ordre du jour des pourparlers sur le traité de paix.

« L’Azerbaïdjan pense que le conflit du Haut-Karabakh est résolu alors que l’Arménie pense que ce n’est pas le cas », a-t-il déclaré au parlement arménien.

L’agence de presse russe RIA Novosti a cité Aliev disant qu’« on ne peut pas parler du statut du Haut-Karabakh ».

« C’est un territoire azerbaïdjanais et le monde entier le reconnaît », a-t-il déclaré. « C’est pourquoi la première session de la commission sur la délimitation de la frontière entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie est très importante. »

Aliev a affirmé que le processus de démarcation « met fin automatiquement et officiellement aux revendications territoriales faites contre l’Azerbaïdjan par les forces revanchardes et fascistes en Arménie ».

Certains dirigeants de l’opposition arménienne ont également déclaré qu’en délimitant la frontière, Erevan reconnaîtrait le Karabakh comme faisant partie de l’Azerbaïdjan. Pachinian et ses alliés politiques nient cela, affirmant que le statut final du Karabakh est une question distincte.

Les délégations des gouvernements arménien et azerbaïdjanais dirigées par les vice-Premiers ministres des deux États ont tenu mardi le premier tour des pourparlers de démarcation. Le vice-Premier ministre arménien, Mher Grigorian, a déclaré vendredi qu’ils n’avaient discuté « que des questions d’organisation d’un travail conjoint ultérieur ».

« En ce sens, je considère la réunion comme totalement constructive », a déclaré Grigorian à l’agence de presse TASS.

Il a déclaré que les deux parties doivent encore s’entendre sur la date de leur prochaine réunion qui se tiendra à Moscou.

© 2022 Tous droits réservés