Aliev menace de réprimer l’activité du groupe de Minsk de l’OSCE

Le président azerbaïdjanais Ilham Aliev a déclaré que Bakou réprimerait les tentatives du groupe de Minsk de l’OSCE pour traiter la question du Karabakh, rapporte Interfax.

 

Aliev a déclaré qu’il avait une idée de « ce que le groupe devrait faire et de ce qu’il ne devrait pas faire ». « Ils ne devraient pas s’occuper du conflit du Haut-Karabakh, car il est résolu », a-t-il déclaré dans une interview avec les chaînes de télévision azerbaïdjanaises.

 

Le président a ajouté que, selon ses informations, il n’y a pas d’unité entre les coprésidents du groupe de Minsk de l’OSCE. « Mes jugements le prouvent. Les relations entre ces pays sont devenues particulièrement tendues ces derniers temps, et ils ont des points de vue divergents sur le conflit passé et la situation actuelle. Je ne pense pas qu’ils puissent parvenir à un accord. »

 

Aliev a déclaré qu’il est tout d’abord nécessaire de déterminer dans quelle mesure la coprésidence du groupe de Minsk correspond aujourd’hui aux réalités de l’époque, s’il est nécessaire de changer les coprésidents.

 

« Beaucoup ne savent même pas en quoi consiste ce groupe. Tout d’abord, il est nécessaire de clarifier la viabilité de ce groupe. Deuxièmement, ils devraient présenter un programme de ce qu’ils prévoient de faire, et l’ordre du jour devrait être convenu entre eux. Ensuite, les parties azerbaïdjanaise et arménienne devraient exprimer leur position à cet égard. Ces deux premiers points ne sont pas encore disponibles. Par conséquent, en principe, cela n’a aucun sens de parler de ce sujet », a déclaré Aliev.

 

Les pays coprésidents du Groupe de Minsk ont ​​déclaré à plusieurs reprises qu’ils étaient unis dans l’engagement de négocier un règlement pacifique du conflit du Haut-Karabakh.Dans une déclaration conjointe datée du 7 décembre, le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, le ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, Sergueï Lavrov, et le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, ont encouragé les parties à se rendre dans la région dès que possible pour leur permettre d’évaluer la situation sur le terrain et de parvenir à un accord sur un programme pour les engagements futurs.

 

Ils ont également réaffirmé leur ferme soutien à la poursuite des travaux du Représentant personnel de la Présidence en exercice de l’OSCE (PRCiO) dans la région et ont encouragé les parties à coopérer pleinement à ses efforts.

© 2022 Tous droits réservés