Anna Vardapetian élue procureur général d’Arménie

L’Assemblée nationale a voté la nomination d’une assistant du Premier ministre Nikol Pachinian au poste de procureur général d’Arménie.

L’actuel procureur général, Artur Davtian, achèvera son mandat de six ans le 15 septembre. Il a été nommé en 2016 par l’ancien parlement du pays dominé par les fidèles du président Serge Sarkissian. Pachinian et ses alliés politiques, qui contrôlent le parlement actuel, ont décidé de ne pas nommer Davtian pour un second mandat.

Leur choix pour le poste, Anna Vardapetian, a été vice-ministre de la justice en 2019 et est devenue l’assistante de Pachinian pour les affaires juridiques en mars 2020. Elle a été élue par 70 membres du parlement de 107 sièges. Ils représentent tous le parti du Contrat civil de Pachinian.

S’exprimant devant le parlement avant le vote, Vardapetian s’est engagé à assurer un contrôle adéquat des forces de l’ordre qui combattent et enquêtent sur les crimes. Elle a déclaré qu’elle s’attaquerait au favoritisme au sein de ces agences ainsi qu’à ce qu’elle a appelé des retards excessifs dans les enquêtes criminelles et un « manque de justice » plus large dans le pays.

« Si le procureur est cohérent sur une affaire pénale, le citoyen ne viendra pas aux portes du gouvernement ou de l’Assemblée nationale pour exiger une enquête [équitable] sur son cas », a-t-elle déclaré.

Vartanian, 36 ans, a elle-même été accusée d’avoir enfreint la loi l’année dernière après qu’un média arménien a publié des preuves présumées de son ingérence dans une enquête criminelle sur un homme d’affaires en fuite critique du gouvernement de Pachinian.

La publication en ligne, 168.am, a publié ce qu’elle a décrit comme des captures d’écran d’un e-mail envoyé par Vardapetian à un haut responsable des forces de l’ordre menant l’enquête. La lettre contenait des instructions concernant l’acte d’accusation de l’homme d’affaires Rouben Hayrapetian.

Les avocats de Hayrapetian se sont emparés du rapport, affirmant que Vardapetian avait commis un crime et devait être poursuivie. Le bureau du procureur général a cependant innocenté l’assistante de Pachinian de tout acte répréhensible, affirmant qu’elle avait conseillé l’enquêteur plutôt que de lui faire pression.

Vardapetian, qui n’a jamais travaillé comme procureur auparavant, n’a pas commenté le scandale lorsqu’elle s’est adressée à l’Assemblée nationale.

Aucun des législateurs pro-gouvernementaux n’a non plus demandé à Vardapetian de commenter le scandale. Leurs collègues de l’opposition n’ont pas participé à l’élection du nouveau procureur général en raison d’un boycott continu de l’opposition des sessions du parlement.

© 2022 Tous droits réservés