Erdogan lie la normalisation entre la Turquie et l’Arménie à l’Azerbaïdjan

Faisant écho à une déclaration de son ministre des Affaires étrangères, le président turc Recep Tayyip Erdogan a lié la normalisation des relations turco-arméniennes à l’acceptation par l’Arménie des principales exigences de l’Azerbaïdjan.

« L’Azerbaïdjan a été notre ligne rouge depuis le début », a déclaré Erdogan aux médias turcs lundi. « Nous avons dit que nous ouvrirons nos portes [à l’Arménie] une fois que les problèmes avec l’Azerbaïdjan seront résolus. »

« Je suis heureux que [le Premier ministre Nikol] Pachinian partage notre point de vue sur la paix et le partenariat régionaux », a-t-il déclaré. « Nous espérons maintenant qu’en plus de faire des déclarations, Erevan prendra des mesures concrètes dans le processus de normalisation. »

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a également exigé de telles mesures la semaine dernière lorsqu’il a commenté les perspectives de normalisation des relations turco-arméniennes. Il a déclaré qu’Erevan devrait spécifiquement négocier un accord de paix recherché par Bakou et ouvrir un couloir terrestre vers l’enclave azerbaïdjanaise du Nakhitchevan.

Pachinian, ses alliés politiques et les membres de son gouvernement disent vouloir une ouverture inconditionnelle de la frontière turco-arménienne et l’établissement de relations diplomatiques entre les deux États voisins. Leurs opposants politiques affirment que Pachinian est prêt à faire des concessions radicales à la fois à Ankara et à Bakou.

Erdogan et Cavusoglu ont réaffirmé les conditions préalables turques à la normalisation des relations avec l’Arménie après quatre cycles de négociations tenus par les émissaires turcs et arméniens cette année.

Lors de leur dernière réunion tenue à Vienne le 1er juillet, les deux parties ont convenu d’ouvrir la frontière turco-arménienne aux citoyens de pays tiers et d’autoriser les expéditions mutuelles de fret par voie aérienne. Les ministères turc et arménien des Affaires étrangères ont déclaré que cela se ferait « le plus tôt possible ». Mais ils n’ont pas fixé de délais concrets.

L’envoyé turc, Serdar Kilic, aurait visité et inspecté au cours du week-end un point de contrôle turc à la frontière arménienne.

Edouard Aghajanian, un législateur du parti Contrat civil, a qualifié mardi le voyage de Kilic de « bonne nouvelle ». « C’est bienvenu et cela montre que les arrangements [turco-arméniens] entrent déjà dans une phase pratique », a-t-il déclaré.

Aghajanian a déclaré à la fin de la semaine dernière que la dernière déclaration de Cavusoglu sur les relations turco-arméniennes ne devait pas être considérée comme une condition préalable.

© 2022 Tous droits réservés