Gagik Djahangirian démissionne du Conseil supérieur de la magistrature

Gagik Djahangirian, le chef du Conseil supérieur de la magistrature, a démissionné vendredi au milieu d’un scandale déclenché par une fuite audio de sa conversation avec son prédécesseur.

Rouben Vartazarian, l’ancien président du Conseil supérieur de la magistrature (CSJ), a rendu public le 20 juin un clip audio de 14 minutes qu’il a secrètement enregistré lors d’une réunion en février 2021 avec Djahangirian. La réunion a eu lieu deux mois avant que Vartazarian ne soit suspendu de manière controversée en tant que président du CSJ lors de tensions croissantes avec le Premier ministre Nikol Pachinian.

L’enregistrement suggère que Djahangirian a averti Vartazarian qu’il ferait face à des accusations criminelles à moins qu’il ne démissionne du CSJ.

Le CSJ a officiellement refusé de limoger Djahangiria, déclarant que « l’enregistrement édité » n’était pas un motif suffisant pour lancer une procédure disciplinaire à son encontre. Il a également cité un délai de prescription applicable aux fautes commises par des juges ou d’autres magistrats.

La porte-parole du CSJ, Lilit Shaboyan, a déclaré que Djahangirian avait décidé de démissionner en raison de « problèmes de santé ». L’homme de 67 ans aurait subi une intervention chirurgicale non urgente dans une clinique d’Erevan plus tôt cette semaine.

Pachinian a admis que le scandale avait sapé la crédibilité des réformes judiciaires annoncées par son administration. Mais il n’a pas dit s’il pensait que Djahangirian devrait démissionner.

L’objectif déclaré de ces réformes est de renforcer l’état de droit et l’indépendance de la justice. Les opposants politiques de Pashinian disent qu’elles visent au contraire à accroître l’influence du gouvernement sur les tribunaux.

Depuis que Djahangirian a pris la tête du CJS en avril 2021, les tribunaux arméniens ont rarement rejeté les mandats d’arrêt demandés par les autorités chargées de l’application des lois contre des personnalités de l’opposition poursuivies pour diverses accusations qu’ils ont rejetées comme politiquement motivées.

Des médias indépendants et pro-opposition ont régulièrement accusé Djahangirian de faire pression sur les juges pour qu’ils prennent de telles décisions.

© 2022 Tous droits réservés