La Banque centrale relève ses prévisions de croissance pour 2022

La Banque centrale a considérablement relevé ses prévisions de croissance pour l’Arménie en 2022, affirmant que l’économie russe se porte mieux que prévu après les sanctions imposées par l’Occident.

Il a également précisé qu’il n’interviendrait pas pour inverser ou arrêter une forte appréciation de la monnaie nationale, le dram, qui a commencé quelques semaines après l’invasion de l’Ukraine par les troupes russes le 24 février.

La banque a prédit à la mi-mars que la croissance économique en Arménie ralentirait à 1,6% cette année en raison des retombées attendues du conflit. Le Fonds monétaire international et la Banque mondiale prévoient des taux de croissance encore plus faibles, soulignant les liens économiques étroits de l’État du Caucase du Sud avec la Russie.

Le gouverneur de la Banque centrale, Martin Galstian, a déclaré que l’économie arménienne est désormais en passe de croître de 4,9 % en 2022.

« Cela est principalement dû à la présence de visiteurs étrangers en Arménie et à la performance à court terme de l’économie russe qui n’est pas aussi mauvaise que prévu », a déclaré Galstian lors d’une conférence de presse.

Les visiteurs mentionnés comprennent vraisemblablement des milliers de Russes qui ont déménagé en Arménie et/ou y ont ouvert des comptes bancaires après le déclenchement de la guerre en Ukraine.

Environ 27 000 étrangers, pour la plupart des citoyens russes, ont ouvert des comptes bancaires arméniens du 24 février à la fin mars. Cela semble expliquer pourquoi les entrées de devises fortes en Arménie ont doublé, selon la Banque centrale.

Les données du gouvernement arménien montrent que la croissance du PIB s’est accélérée à 8,6 % au premier trimestre de cette année et s’est poursuivie sans relâche en avril grâce à de fortes hausses dans les secteurs des services et de la construction.

« Un afflux considérable de visiteurs étrangers et une augmentation des dépenses privées internes contribuent à stimuler le secteur des services et la demande globale des consommateurs », a déclaré Galstian.

Il a également mis en garde : « Le Conseil de la Banque centrale estime que les perspectives macroéconomiques restent très incertaines en raison des développements géopolitiques ». »

L’Arménie est également très dépendante des envois de fonds de plusieurs millions de dollars de centaines de milliers de ses citoyens travaillant en Russie. Le rouble russe est maintenant plus fort qu’il ne l’était avant la guerre, ayant plus que retrouvé sa valeur perdue fin février et début mars.

Le dram arménien s’est également renforcé par rapport au dollar américain de près de 24 % depuis la mi-mars. Son appréciation continue suscite des inquiétudes croissantes de la part des entreprises arméniennes orientées vers l’exportation et alimente les appels à l’intervention de la Banque centrale.

Galstian a déclaré que la banque ne réduirait pas les taux d’intérêt ni n’interviendrait sur le marché des devises nationales pour réduire la valeur du dram. Il a fait valoir que le dram plus fort soulageait quelque peu les pressions inflationnistes externes aggravées par la guerre en Ukraine.

« En affaiblissant artificiellement le dram, nous créerions une situation inflationniste encore pire qui toucherait tous les citoyens, y compris les exportateurs », a déclaré Galstian.

Plus tôt dans la journée, le conseil d’administration de la Banque centrale a décidé de maintenir son taux d’intérêt de référence inchangé à 9,25 %. Selon la banque, l’inflation des prix à la consommation en Arménie a continué d’augmenter en mai, atteignant un taux annuel de 9 %.

© 2022 Tous droits réservés