La construction d’une statue géante du Christ suscite la controverse en Arménie

Ignorant les objections de l’Église apostolique arménienne, des archéologues et de nombreuses autres personnes, le gouvernement arménien a autorisé un riche homme d’affaires à ériger une statue géante de Jésus-Christ sur une montagne près d’Erevan.

Cependant, le ministère de l’Éducation, des Sciences et de la Culture a ordonné l’arrêt de la construction du monument un jour après son lancement officiel en présence d’un membre du gouvernement.

L’homme d’affaires, Gagik Tsaroukian, a annoncé son intention de construire la statue sur le mont Hatis en janvier, affirmant qu’elle doit servir de « gardien de notre pays et de notre peuple » et impressionner le monde entier. L’Église apostolique arménienne s’est opposée à l’idée, affirmant qu’elle était inapproprié et contraire à la tradition chrétienne arménienne.

Cela n’a pas empêché Tsaroukian d’organiser un concours pour la statue et d’annoncer son gagnant en mai avant même d’avoir obtenu l’approbation du gouvernement pour son projet.

La statue conçue par le sculpteur Armen Manvelian mesurera 33 mètres de haut au sommet d’un piédestal de 44 mètres sur le mont Hatis. La montagne elle-même se dresse à plus de 2 500 mètres d’altitude.

Le Premier ministre Nikol Pachinian a qualifié le projet d’« acceptable » alors qu’il présidait une réunion du gouvernement à Erevan. Il a fait valoir que la statue de Jésus-Christ donnera à l’Arménie une nouvelle attraction touristique.

Le ministre de l’Économie, Vahan Kerobian, a également mis l’accent sur les avantages commerciaux de l’entreprise soi-disant confessionnelle de Tsaroukian lorsqu’il a assisté à la cérémonie d’inauguration des travaux tenue au sommet de Hatis deux jours plus tard.

« Tout comme dans le cas d’autres investisseurs, nous sommes prêts à faire de notre mieux pour que le projet soit mis en pratique dès que possible et sans obstacles », a déclaré Kerobian.

Un porte-parole du siège de l’Église arménienne à Etchmiadzine, le révérend Yessaï Artenian, a déclaré qu’il restait opposé au projet. Il a dit que l’Eglise arménienne n’a jamais érigé ou adoré de statues de Jésus tout au long de ses plus de 1 700 ans d’existence.

Dans une déclaration publiée dimanche soir, le ministère de l’Éducation, des Sciences, de la Culture et des Sports a déclaré que le mont Hatis abrite environ deux douzaines de monuments anciens légalement protégés par l’État. Il a distingué les ruines d’une forteresse de l’âge du bronze découvertes au sommet de la montagne par une expédition archéologique arméno-italienne en 2019.

La déclaration a averti que la loi arménienne n’autorise aucune construction sur de tels sites sans autorisation spéciale du gouvernement. Il a déclaré que l’association caritative éponyme de Tsarukian doit donc suspendre tous les travaux de construction qui y sont effectués.

Le ministre de l’Éducation et de la Culture, Vahram Doumanian, a refusé lundi d’expliquer clairement pourquoi il n’avait pas exprimé ces objections lorsque Pachinian a donné son feu vert au projet la semaine dernière.

Hamlet Petrossian, un éminent historien et archéologue arménien, a déclaré que des dommages importants ont déjà été infligés à la forteresse cyclopéenne de Hatis.

« Ils ont recouvert une grande partie de la forteresse avec de la terre pour construire une plate-forme », a déclaré Petrossian. « Plusieurs parties de la route [nouvellement construite menant au sommet] traversent les murs de la forteresse. Il ne fait aucun doute qu’il ne restera rien si la construction se poursuit. »

Certains représentants du secteur du tourisme arménien ont fait écho à ces préoccupations. Ils ont dit que Hatis, qui est situé à environ 30 kilomètres au nord-est d’Erevan, est une attraction touristique en soi compte tenu du riche patrimoine historique qui se trouve sur son sommet et ses flancs.

Réagissant à la déclaration du ministère, la Fondation Gagik Tsaroukian a déclaré lundi que les travaux sur la statue de Jésus et son piédestal tout aussi énorme ne commenceront pas tant qu’elle n’aura pas obtenu tous les permis nécessaires des « organismes publics compétents ». Mais il a précisé que la construction de la route ainsi que des conduites d’approvisionnement en eau et en gaz pour le site se poursuivra comme prévu.

© 2022 Tous droits réservés