La Russie fait état de progrès dans les pourparlers sur les liaisons de transport

La Russie a déclaré ce week-end que l’Arménie et l’Azerbaïdjan avaient réduit leurs divergences sur les liaisons de transport prévues entre les deux pays lors de nouvelles discussions tenues à Moscou.

Une commission russo-arménienne-azerbaïdjanaise chargée de la question s’est réunie tard vendredi pour la première fois en six mois.

« Les parties ont discuté et rapproché leurs positions sur les questions de contrôle des frontières, des douanes et d’autres types de contrôle, ainsi que sur le passage en toute sécurité des citoyens, des véhicules et des marchandises sur les routes et les voies ferrées à travers les territoires de la République d’Azerbaïdjan et de la République d’Arménie », a déclaré le gouvernement russe dans un communiqué.

La déclaration n’est pas entrée dans les détails de la réunion coprésidée par les vice-premiers ministres des trois États. Il a déclaré que les parties « continueront à travailler sur la mise en œuvre » des accords arméno-azerbaïdjanais pertinents qui ont été négociés par le président russe Vladimir Poutine pendant et après la guerre de 2020.

Le gouvernement arménien a publié une déclaration pratiquement identique sur la réunion de Moscou.

Poutine, le Premier ministre arménien Nikol Pachinian et le président azerbaïdjanais Ilham Aliev ont fait état de progrès décisifs vers l’ouverture de la frontière arméno-azerbaïdjanaise au trafic de passagers et de fret après des pourparlers tenus dans la ville russe de Sotchi en novembre. Cependant, la commission trilatérale n’a pas réussi à mettre la touche finale à leurs accords lors d’une réunion tenue à Moscou en décembre.

Moscou a décidé de relancer les activités de la commission russo-arménienne-azerbaïdjanaise en avril après avoir accusé l’Occident d’essayer de détourner ses efforts pour rétablir la paix entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan.

Les accusations ont fait suite à la réunion du 6 avril de Pachinian avec Aliev organisée par le président du Conseil européen Charles Michel. Les trois dirigeants se sont rencontrés à nouveau à Bruxelles pour des discussions de suivi sur les liaisons de transport, la démarcation de la frontière arméno-azerbaïdjanaise et un éventuel traité de paix entre les deux nations.

Aliev a continué à affirmer après le dernier sommet qu’Erevan ouvrira un couloir terrestre permanent reliant l’Azerbaïdjan au Nakhitchevan. Les dirigeants arméniens ont catégoriquement nié cela. Un porte-parole de Michel a également déclaré la semaine dernière que les dirigeants arméniens et azerbaïdjanais avaient convenu à Bruxelles qu’il n’y aurait pas de « revendications extraterritoriales concernant les futures infrastructures de transport ».

© 2022 Tous droits réservés