La Russie soutient le contrôle arménien sur les routes de transit vers l’Azerbaïdjan

L’Arménie contrôlera une route et une voie ferrée qui relieront l’Azerbaïdjan à son enclave du Nakhitchevan à travers une région arménienne, a déclaré jeudi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors d’une visite à Erevan.

Lavrov a révélé en même temps que le gouvernement arménien avait accepté de simplifier les procédures de passage des frontières pour les marchandises et les voyageurs azerbaïdjanais qui utiliseront les itinéraires de transit prévus.

L’Arménie et l’Azerbaïdjan doivent rouvrir leur frontière au trafic commercial et de passagers en vertu d’un cessez-le-feu négocié par la Russie.

Le président azerbaïdjanais Ilham Aliev a affirmé à plusieurs reprises que l’accord prévoyait un corridor terrestre permanent pour le Nakhitchevan passant par la province arménienne de Syunik, qui borde également l’Iran. Aliev a déclaré en décembre que le passage par le corridor devait être exempté des contrôles aux frontières arméniennes. Erevan a rejeté ses demandes.

Les désaccords ont effectivement suspendu les travaux d’une commission russo-arménienne-azerbaïdjanaise traitant des modalités pratiques des liaisons de transport.

La commission s’est réunie à Moscou la semaine dernière pour la première fois en cinq mois. Le gouvernement russe a déclaré que ses membres arméniens et azerbaïdjanais « ont rapproché leurs positions sur les questions de frontière, de douane et d’autres types de contrôle ».

S’exprimant après des entretiens avec le ministre arménien des Affaires étrangères Ararat Mirzoyan, Lavrov a déclaré que Bakou, Moscou et Erevan sont en train de finaliser un accord sur un régime de contrôle des frontières « simplifié » pour la route du Nakhitchevan.

« Il s’agira d’un régime simplifié qui sera précisément basé sur la reconnaissance de la souveraineté du territoire arménien », a déclaré Lavrov lors d’une conférence de presse conjointe avec Mirzoyan. « Il ne peut y avoir aucune ambiguïté ici. »

Lavrov n’a pas précisé si les personnes et les marchandises utilisant les routes de Syunik seront contrôlées par les agents des douanes et de l’immigration arméniens. Il est également difficile de savoir si le même régime simplifié sera mis en place pour le transit des marchandises arméniennes via l’Azerbaïdjan.

Mirzoyan a souligné que « toutes les routes qui seront ouvertes ou rouvertes resteront sous la souveraineté et la juridiction du pays qu’elles traversent ». Il a déclaré que Bakou et Erevan n’avaient pas encore défini « de nombreux détails » sur les liaisons de transport.

« Mais les discussions se poursuivent et je pense que nous aurons des solutions mutuellement acceptables », a ajouté le ministre arménien.

L’Iran a exprimé à plusieurs reprises son soutien au contrôle arménien total sur toutes les routes traversant l’Arménie. Le président iranien Ebrahim Raisi a réaffirmé la position de Téhéran lors d’un appel téléphonique le 1er juin avec le Premier ministre Nikol Pachinian.

© 2022 Tous droits réservés