La suprématie des intérêts étatiques

Par Vahan ZANOYAN

 

La dégradation de la structure de sécurité nationale de l’Arménie (ainsi que la crise de confiance politique) est souvent attribuée à la défaite de la guerre d’Artsakh de 2020. Cependant, si la défaite a bel et bien contribué à ces deux phénomènes, elle n’a causé ni l’un ni l’autre. Elle n’a fait qu’exposer un problème qui a des racines bien plus profondes. Presque toutes les lacunes politiques et militaires systémiques et structurelles de la République d’Arménie partagent une cause profonde fondamentale : l’absence de culture et de tradition étatique, tant dans d’esprit des dirigeants politiques que dans celui du grand public. Ceci, à son tour, est enraciné dans l’absence de culture politique cohérente dans le pays, où une société généralement apolitique –
principalement concentrée sur les dirigeants politiques individuels et leur bilan, et obsédée par la manière dont ce bilan affecte leur vie personnelle – a peu ou pas de compréhension des processus et des objectifs politiques nationaux au sens large, axés sur les problématiques réelles.

La suprématie des intérêts étatiques, qui est un principe clé pour la plupart des États souverains et prospères, a été absente du processus de réflexion politique des gouvernements successifs de l’Arménie depuis l’indépendance. Dans de nombreux pays, au cours des premières années d’indépendance et alors qu’ils manquaient de la profondeur institutionnelle requise, il incombait aux dirigeants visionnaires de définir, d’articuler et de défendre les intérêts de l’État. Cette approche descendante n’a jamais été appliquée en Arménie.

La direction politique a préféré le passe-temps privilégié de sa fonction au travail dur et ingrat de construction d’un État à partir de zéro, avec toutes les initiatives institutionnelles requises, les mesures de sécurité, les alliances stratégiques diversifiées et les étapes nécessaires pour établir une souveraineté. Elle a aussi confondu les intérêts de son « gouvernement » ou de sa base de pouvoir («իշխանութիւն») avec ceux de l’État.

Si tous les gouvernements poursuivent leurs propres intérêts, beaucoup reconnaissent également la distinction entre les intérêts de l’État et leurs intérêts plus spécifiques. La Realpolitik est façonnée par la poursuite constante des intérêts de l’État. Même certains des gouvernements les plus corrompus ont réussi à protéger leur souveraineté en reconnaissant que leurs pratiques de corruption ne sauraient franchir la ligne rouge en matière de sécurité de l’État. Lorsque le statut de l’État est menacé, les intérêts personnels sont temporairement mis en veille le temps de maîtriser le danger. Dans cette poursuite obstinée des intérêts de l’État, les gouvernements n’hésitent pas à contourner ou à violer les principes, les valeurs, l’idéologie, voire certaines restrictions légales afin de protéger les intérêts suprêmes de l’État. C’est pourquoi certaines des alliances stratégiques les plus improbables entre des pays idéologiquement diamétralement opposés et sans valeurs communes peuvent être établies et maintenues, tant que ces alliances servent les intérêts de leurs États respectifs.

En mars 2021, j’ai publié un article où je traitais des causes, des conséquences et des solutions à apporter à l’absence de la culture étatique. Je vais essayer ici d’exposer les conséquences supplémentaires de ce même syndrome, en me concentrant plus particulièrement sur les attitudes publiques et les politiques gouvernementales qui prévalent depuis la défaite.

Réalisme contre défaitisme

Après une défaite militaire, le défaitisme est de loin le pire ennemi de l’État. Et il fait encore plus de dégâts s’il prend l’allure du « réalisme ». La leçon erronée et la plus dangereuse à tirer de notre défaite est qu’elle était inévitable, que nous n’aurions jamais pu surmonter la position de la communauté internationale selon laquelle l’Artsakh fait partie de l’intégrité territoriale de l’Azerbaïdjan, que nous n’avions pas les ressources diplomatiques et juridiques pour renverser ou au moins modifier cette perception, que trente ans n’étaient pas suffisants pour faire des progrès ce domaine ou pour renforcer et moderniser notre défense, que la nation arménienne dans son ensemble n’avait pas les ressources pour consolider et « s’approprier » ses victoires dans les années 1990. Par conséquent, puisque la défaite était inévitable, le réalisme dicte d’accepter toutes ses conséquences et ses implications.

Qu’est-ce que le réalisme en politique ? Pour ce qui est de l’évaluation du présent, le réalisme est relativement facile, car il est basé sur les faits observables dominants. N’importe quel politicien prudent et pragmatique pourrait même négliger toute interférence des émotions et des préjugés et accepter les faits tels qu’ils sont : nous avons perdu une guerre, nous avons perdu des milliers de vies, nous avons perdu un territoire difficilement conquis, nous avons perdu une crédibilité géopolitique et diplomatique considérable, nous avons perdu de l’importance en tant qu’État souverain, et nous sommes militairement faibles. En un mot, c’est une évaluation réaliste du présent.

Mais le dur, c’est d’évaluer le futur de manière réaliste, car le réalisme de l’avenir n’est pas basé sur des événements qui viennent de se produire, mais sur la vision de ce qui peut se réaliser. Supposer que les réalités d’aujourd’hui seront les réalités de demain, que nous n’avons pas le pouvoir de les façonner ou de les changer, que les circonstances extérieures soit ne changent pas, soit, à mesure qu’elles changent, n’offrent pas d’opportunités pour changer les circonstances, n’est pas réaliste, mais défaitiste. Il manque à cette manière de voir les choses une vision et une ambition pour façonner de manière pragmatique un avenir différent du présent. Aucun leadership politique ne peut servir la nation qu’il dirige avec un état d’esprit statique, car l’adoption d’une vision réaliste de l’avenir et la détermination à poursuivre cette vision sont des conditions préalables à un leadership politique efficace.

Cela soulève une question importante : qui décide de ce qui est réaliste à l’avenir ? La célèbre citation d’Otto von Bismarck, « La politique est l’art du possible », est souvent citée pour mettre en avant le réalisme. Mais rares sont ceux qui se demandent : selon qui est-ce « possible » ? Selon qui est-ce réaliste ? La bataille de Sardarapat aurait-elle été jugée réaliste un an avant qu’elle n’ait lieu ? Est-ce que les « réalistes »
d’aujourd’hui auraient-il considéré comme possible l’établissement d’une République arménienne indépendante un an avant mai 1918, alors que la nation arménienne avait subi ses plus grandes pertes humaines et territoriales ? Il y a trente ans, qui aurait jugé réaliste la libération de Chouchi ou des sept régions autour de l’Artsakh ?

Le fait est que passer du réalisme du présent au réalisme du futur implique d’avoir une vision, du jugement, de l’imagination, de l’ambition, de l’audace, du courage et – par-dessus tout – un but. Par conséquent, ce processus n’est pas absolu. Le paradoxe est que seuls ceux qui savent rêver peuvent être réalistes quant à l’avenir. Ceux qui ne savent pas rêver projettent simplement le présent sur le futur, parce que leur esprit ne peut pas voir au-delà du présent.

Si la mauvaise leçon à tirer de notre défaite est qu’elle était inévitable, quelle est la bonne leçon ? Voici une réponse réaliste : Nous avons perdu la guerre parce que les gouvernements successifs n’ont pas compris – et encore moins apprécié à sa juste valeur – la suprématie de l’État ; parce que dès les premiers jours de l’indépendance, la République a été, dès le commencement, bâtie sur des bases fragiles, notamment du point de vue de la sécurité nationale ; parce que dès le début, le gouvernement a démantelé toutes les capacités de collecte de renseignements dont il avait hérité de l’Union soviétique au lieu de les développer ; parce qu’au lendemain de l’effondrement de l’Union soviétique, nous avons choisi de ne pas mettre les formidables ressources scientifiques de l’Arménie au service de la défense nationale ; parce que juste après la victoire et l’accord de cessez-le-feu de Bichkek de 1994, nous n’avons pas consolidé nos gains par des mesures juridiques internationales et par une diplomatie intensive, délibérée et ciblée pour garantir le statut de l’Artsakh et renverser l’acceptation internationale dominante selon laquelle il fait partie intégrante du territoire azerbaïdjanais ; parce que nous sommes restés trop longtemps intoxiqués par notre victoire et que nous n’avons pas développé notre armée ; parce que nous avons passé les 28 dernières années dans la complaisance et la corruption, inconscients du fait que nous franchissions constamment la ligne rouge en mettant en danger les intérêts de l’État ; parce que, bien installés dans la zone de confort du présent, nous n’avons pas formulé de vision claire et réalisable pour une Arménie et un Artsakh économiquement développés, militairement défendables et prospères, ni fait preuve d’assez de dévouement vis-à-vis de notre État pour poursuivre une telle vision ; parce que les dirigeants politiques et militaires de l’Arménie se complaisaient joyeusement dans la croyance désuète que l’Arménie pourrait toujours compter sur un garant extérieur de sa sécurité, ignorant la manière dont le monde, la région et les circonstances de ce garant présumé évoluaient ; parce que nous n’avons pas investi dans nos capacités et dans le renforcement du pays, et que notre leadership politique, tenant pour acquis le statu quo en vigueur, était plus intéressé à s’enrichir qu’à construire l’État et à repeupler tous les territoires sous contrôle arménien…

…et parce que pendant la guerre nous n’avons pas agi avec résolution et détermination pour l’emporter ; parce que la guerre a été menée avec une fraction de nos véritables capacités et avec des erreurs stratégiques ahurissantes ; enfin, parce que tout autant que ces milliers de vies, la souveraineté de l’État (par opposition à la survie du régime) était intrinsèquement superflue dans l’esprit du gouvernement. Aussi sévère que puisse sonner cette évaluation, elle n’en est pas moins réaliste.

La sécurité par la paix

L’objectif politique central de « l’ère de paix » annoncée par le gouvernement arménien est la réalisation éventuelle de la sécurité nationale. L’idée est d’une simplicité désarmante : si nous définissons nos frontières avec nos ennemis, si nous signons un accord de paix avec eux et ouvrons les voies de communication et de commerce, nous éliminerons la menace d’une future agression militaire, et nous vivrons et prospérerons en paix. Qu’est-ce qui pourrait mal tourner ?
Le problème est que ce n’est pas ainsi que le monde fonctionne, surtout au vu de la nature de nos ennemis. Nos ennemis ne feront pas preuve de bonne volonté pour la paix, pas plus qu’ils n’ont fait preuve de magnanimité pour leur victoire pendant et après la guerre de 44 jours. La sécurité n’est pas et n’a jamais été une conséquence de la paix. L’inverse est beaucoup plus vrai. Une sécurité nationale forte peut rendre la paix possible, mais pas l’inverse.

La seule façon d’atteindre la sécurité nationale est par la force. La force au sens le plus large du terme : une armée forte, moderne et axée sur la technologie, une gouvernance compétente, des services de renseignement efficaces, des alliances stratégiques diversifiées et mutuellement bénéfiques, une diplomatie multilatérale précise et orientée vers un objectif, un investissement à l’avant-garde de la guerre de l’information et une économie avancée et compétitive. La sécurité nationale ne peut être sous-traitée, ni reléguée au bon vouloir de l’ennemi, encore moins à un ennemi agressif aux objectifs génocidaires.

Chercher la paix comme moyen d’atteindre la sécurité, sans poursuivre ces objectifs, comme si la paix était un raccourci vers la sécurité qui permettrait d’éviter le dur labeur de la construction d’un État souverain, est d’une naïveté totale qui néglige complètement les principes de la realpolitik.

C’est aussi la conséquence directe du manque de compréhension – et de valorisation – de la suprématie des intérêts étatiques.

Le discours sans fin sur l’implication de la diaspora

Je me suis rendu en Arménie pour la première fois il y a 33 ans, en décembre 1989, à l’occasion du premier anniversaire du tremblement de terre dévastateur de Gumri, alors que l’Arménie faisait encore partie de l’Union soviétique. Au cours de cette visite et depuis, j’ai entendu et participé à d’innombrables discussions sur l’implication de la diaspora dans le développement de l’Arménie. « Impliquer la diaspora » a signifié différentes choses pour différents acteurs ; à quelques exceptions respectables, la plupart des discussions n’ont été guère plus que des paroles en l’air. Sans surprise, les progrès ont été au mieux infimes.

Il existe de nombreuses causes légitimes à l’échec d’une coopération plus significative entre la diaspora et le gouvernement arménien, qui vont du choc compréhensible des cultures à des différences de visions et d’attentes. Il existe également des causes moins légitimes, largement liées à des comportements opportunistes et à des efforts insuffisants pour véritablement comprendre la situation.

Mais en fin de compte, il incombait – et continuer d’incomber – au gouvernement de la République d’Arménie d’adopter une politique délibérée d’implication des vastes talents et des ressources de la diaspora pour promouvoir les intérêts de l’État. Après tout, 75 à 80 % des ressources de la nation arménienne se trouvent dans la diaspora : nombre de personnes, niveau d’éducation, qualifications professionnelles, ressources financières, expérience en gestion et en administration, compétences en science, en médecine et en technologie, connexions mondiales, expérience dans les affaires militaires et stratégiques et dans le renseignement (1).

Tout gouvernement véritablement intéressé par la promotion des intérêts de l’État aurait pris des mesures pour mettre ce potentiel au service de l’État. Mais les gouvernements successifs depuis l’indépendance ont fait le contraire, introduisant des obstacles juridiques et même constitutionnels empêchant la diaspora d’occuper de hautes fonctions gouvernementales.
Cette résistance vis-à-vis de l’implication des ressources de la diaspora est tellement enracinée qu’elle a dépassé les obstacles juridiques. Si la présence de la diaspora dans les stages ou a des postes inférieurs a été encouragée, sa présence dans les postes supérieurs dans les branches exécutive et judiciaire est quasi inexistante, même si elle n’est pas interdite par la loi. Les compétences et les qualifications de la diaspora sont perçues comme une ingérence malvenue dans la zone de confort et les habitudes établies de l’élite politique, avec pour conséquence une résistance chronique au partage du pouvoir dans toutes les administrations depuis l’indépendance, principalement pour protéger les intérêts particuliers, au détriment des intérêts nationaux et étatiques.

Cela aussi est la conséquence directe du manque de compréhension – et de valorisation – de la suprématie des intérêts étatiques.

* * *

Les symptômes de ce manque de considération vis-à-vis des intérêts suprêmes de l’État sont nombreux. Pour faire court, je n’en énumérerai que quelques-uns : le piteux état des forces armées en est un. D’après toutes les indications, les capacités, le moral et la structure de leadership des forces armées se sont détériorés depuis le 9 novembre 2020. N’importe quel gouvernement qui comprendrait la suprématie des intérêts de l’État aurait fait du renforcement et de la modernisation des forces armées sa priorité absolue après le 9 novembre. En fait, si nous croyions en notre statut d’État, une militarisation complète du pays et de la nation aurait du être notre priorité numéro un.

La négligence totale vis-à-vis du système éducatif du pays en est une autre. Aucun gouvernement soucieux des intérêts suprêmes de l’État ne verserait à ses enseignants un salaire moyen plus de six fois inférieur à celui d’un policier, sans compter les primes régulières offertes aux forces de l’ordre. Le piteux état du discours politique interne en Arménie en est encore un autre. Je suis consterné à chaque fois que je consulte les réseaux sociaux. Les factions ne s’accusent plus seulement de tous les maux du pays tout en niant toute responsabilité et obligation de rendre des comptes : à présent, leurs partisans ont lancé une campagne d’injures, de calomnies et de blasphèmes si obscènes qu’il est vraiment impossible de croire que quiconque impliqué dans ce tintamarre se préoccupe véritablement de l’État arménien.

Message à la nouvelle génération de dirigeants

Il n’y a qu’une seule solution à court terme à cette crise profondément enracinée : l’émergence d’une nouvelle génération de dirigeants politiques qui comprennent et valorisent intrinsèquement la suprématie des intérêts de l’État. Une telle génération doit avoir le même courage et le même dévouement désintéressé que les pères fondateurs de certains des États les plus improbables – comme Singapour, la Finlande ou Israël, pour n’en nommer que quelques-uns – qui ont dû faire face à des obstacles encore plus redoutables lors de la fondation de leurs États que ce que l’Arménie a dû affronter. Lorsqu’une nouvelle génération de dirigeants politiques émergera et considérera sa fonction non pas comme un passe-temps privilégié qui s’accompagne d’avantages attrayants mais comme le travail ingrat et dévoué de construction d’un État souverain et durable, alors peut-être l’Arménie sera-t-elle enfin en mesure de développer une génération professionnelle de fonctionnaires, dotée d’un sens aigu du devoir civique, ce qui a fait cruellement défaut dans les gouvernements successifs depuis l’indépendance. Jusqu’à présent, à de rares mais respectables exceptions, la fonction publique arménienne a simplement reflété les attitudes des dirigeants politiques. Seul un changement d’attitude fondamental aux plus hauts niveaux de la direction politique peut enfin promouvoir un sens du devoir, de la fierté et de l’excellence dans la fonction publique.

Les plus grands lacunes de notre pays depuis l’indépendance ont été le manque de volonté politique, de vision, de foi en notre statut d’État et de sens de l’objectif national reconnaissant la suprématie des intérêts de l’État, au-delà de la rhétorique creuse, et qui assume de prendre les innombrables mesures ingrates pour y parvenir. C’est pourquoi, le renforcement de la souveraineté de l’État –
un principe central, en particulier dans les États relativement jeunes qui manquent de profondeur institutionnelle – n’a pas été une priorité en Arménie. À moins que cette lacune ne soit comblée, tous les autres remèdes, même s’ils apportent des améliorations marginales notables dans divers aspects de l’économie et du système de gouvernance du pays, resteront de la poudre aux yeux.

La solution à plus long terme et la plus fondamentale est la refonte complète du système éducatif et la construction raisonnée et méthodique des institutions de l’État. Mais cela ne peut se faire sans un moteur, qui doit être la solution à court terme décrite ci-dessus. La combinaison de ces mesures à court et à long terme pourrait révolutionner la culture et la pratique de la fonction publique, transformant ainsi à la fois la structure et le modus operandi du gouvernement. Ce n’est qu’ainsi que l’Arménie aura une chance de déraciner enfin le système oligarchique post-soviétique et de le remplacer par un État efficace et fonctionnel.

Article initialement publié en anglais sur le site d’EVN Report

 

1. Par « diaspora », je n’entends pas seulement les Arméniens de souche vivant en dehors de l’Arménie avec peu ou pas de liens avec l’Arménie, mais aussi les citoyens de la République d’Arménie qui ont émigré et acquis la nationalité étrangère et qui résident actuellement à l’étranger, les citoyens étrangers d’origine arménienne qui ont acquis la citoyenneté arménienne depuis l’indépendance, et les citoyens étrangers d’origine arménienne qui n’ont pas encore acquis la citoyenneté de la République d’Arménie, mais qui ont le droit de l’acquérir en vertu des lois actuelles.

© 2022 Tous droits réservés