L’ancien maire de Vanadzor comparait devant la justice

Mamikon Aslanian, l’ancien maire de Vanadzor, a été jugé vendredi six mois après avoir battu le parti du Contrat civil lors d’une élection locale et avoir été arrêté pour corruption.

Un bloc d’opposition dirigé par Mamikon Aslanian a remporté l’élection avec environ 39 % des voix. Contrat civil a terminé deuxième avec 25 %, le plus grave des revers subis par le parti du Premier ministre Nikol Pachinian lors des scrutins locaux organisés dans 36 communautés à travers l’Arménie le 5 décembre.

Aslanian était donc bien placé pour regagner son poste perdu en octobre. Mais il a été arrêté le 15 décembre, les autorités chargées de l’application des lois affirmant qu’il avait illégalement privatisé des terres municipales au cours de son mandat de cinq ans.

L’ancien maire a insisté au début de son procès sur le fait que les accusations portées contre lui « n’ont rien à voir avec la justice pénale ». Ses avocats ont demandé à un juge de Vanadzor présidant le procès de libérer leur client en attendant un verdict dans l’affaire.

Un procureur du procès s’est opposé à la demande, affirmant qu’Aslanian pourrait exercer des pressions sur les témoins s’il était libéré. Les avocats de la défense ont répliqué qu’aucun des trois douzaines de témoins dans l’affaire n’a témoigné contre l’ex-maire. Le juge décidera lundi si Aslanian doit rester en détention.

Les partisans d’Aslanian ainsi que des personnalités de l’opposition à Erevan affirment que Pachinian a ordonné l’arrestation et la poursuite de l’ancien maire pour s’assurer que la municipalité de Vanadzor reste sous son contrôle. Ils ont accusé le Premier ministre d’avoir ainsi annulé les résultats des élections locales.

Le nouveau conseil municipal de Vanadzor n’a toujours pas pu se réunir et élire le nouveau maire de la ville. Le Conseil administratif arménien a interdit au conseil de tenir des sessions, citant un recours contre les résultats des élections déposé par un autre parti pro-gouvernemental, Arménie lumineuse.

L’interdiction reste en vigueur même si l’appel a été rejeté par deux autres tribunaux plus tôt cette année. Arménie lumineuse a fait appel devant la Cour supérieure de cassation. Cette dernière n’a toujours pas statué sur la plainte.

En avril, le parti de Pcshinian a rapidement fait adopter au parlement un projet de loi qui autorisait le Premier ministre à nommer les chefs par intérim des communautés dont les conseils n’élisent pas les maires dans les 20 jours suivant les élections locales.

Le 13 mai, Pachinian a nommé un homme avec un casier judiciaire, Arkadi Pelechian, comme maire par intérim de Vanadzor. Pelechian a été maire adjoint de 2017 à 2021. Le parti qu’il dirige a remporté moins de 15 % des voix en décembre.

© 2022 Tous droits réservés