L’armée arménienne reste silencieuse sur la mort d’un soldat

Le ministère arménien de la Défense a refusé jusqu’à présent de faire la lumière sur le dernier décès d’un soldat arménien gardant la frontière avec l’Azerbaïdjan.

Le conscrit de 20 ans, Hratch Pilipossian, a été tué le 18 juin à un poste frontalier dans la province orientale de Gegharkounik dans des circonstances encore floues. Sa mort a été officiellement confirmée quelques heures après que l’armée azerbaïdjanaise a signalé des combats nocturnes avec les forces arméniennes déployées dans la région.

Les responsables du gouvernement local de Gegharkounik ont ​​déclaré que Pilipossian était mort à la suite de cette escarmouche. Le ministère de la Défense à Erevan n’a ni confirmé ni infirmé cela, promettant de révéler prochainement les circonstances de sa mort. Le ministère n’a cependant toujours pas donné de détails sur les incidents.

La famille du soldat vivant dans un village du centre de l’Arménie n’a pas non plus reçu d’informations officielles sur les causes et les circonstances de sa mort. Son oncle, Ashot Khachatrian, a déclaré qu’aucun responsable militaire n’avait rendu visite aux membres de sa famille jusqu’à présent.

Il a cité des officiers de l’unité de l’armée de Pilipossian disant en privé que le soldat avait été tué par le feu ennemi. « Selon nos informations, il a été blessé par des éclats d’obus et des balles », a-t-il déclaré.

Zhanna Aleksanian, une militante des droits de l’homme surveillant les forces armées, a déploré ce silence « suspect ». « Le ministre de la Défense [Souren Papikian] ne prend pas la peine de fournir des informations au public », a déclaré Aleksanian.

Le ministère de la Défense ne tarde généralement pas à signaler les morts au combat dans les rangs de l’armée arménienne. Chacun de ces cas fait l’objet d’une enquête formelle par une division correspondante de la commission d’enquête du pays.

Éditorial