L’Arménie demande à nouveau l’aide de l’OTSC

Le Premier ministre Nikol Pachinian a renouvelé vendredi ses appels à l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) dirigée par la Russie pour aider l’Arménie à faire face à ce qu’il a qualifié de graves menaces à la sécurité émanant de l’Azerbaïdjan.

Citant des « déclarations agressives » continues de Bakou, Pachinian a déclaré que l’alliance militaire de la Russie, de l’Arménie et de quatre anciens États soviétiques devrait spécifiquement envisager d’envoyer une mission de surveillance à la frontière arméno-azerbaïdjanaise.

Le gouvernement arménien a fait appel à l’OTSC pour obtenir de l’aide peu de temps après que les troupes azerbaïdjanaises auraient franchi deux sections de la frontière et en auraient avancé plusieurs sur le territoire arménien en mai 2021. Il a demandé à l’alliance d’invoquer l’article 2 de son traité fondateur qui exige une réponse collective aux graves problèmes de sécurité. menaces auxquelles sont confrontés les États membres de l’OTSC.

La Russie et d’autres États membres ont exprimé leur inquiétude face aux tensions frontalières, mais n’ont pas publié de déclarations communes en faveur de l’Arménie. Certains de leurs représentants ont fait valoir que la frontière fortement militarisée n’a pas été délimitée.

Pachinian a qualifié cet argument de « dangereux » lorsqu’il a rencontré les secrétaires des conseils de sécurité de la Russie, de la Biélorussie, de l’Arménie, du Kazakhstan, du Kirghizistan et du Tadjikistan qui se sont réunis pour une session ordinaire à Erevan.

« En tant que titulaire de la présidence [de l’OTSC], je tiens à souligner que cette question doit être discutée sérieusement », a-t-il déclaré. « Pourquoi? Parce que nous pouvons voir que les déclarations agressives de l’Azerbaïdjan se poursuivent. »

Pachinian a cité un document de 2010 qui réglemente le déploiement des missions de surveillance de l’OTSC dans les zones de crise. Les missions sont tenues de recommander des actions communes concrètes aux États membres.

Le président azerbaïdjanais Ilham Aliev a implicitement menacé de recourir à l’action militaire si la partie arménienne continuait de s’opposer à l’ouverture d’un corridor terrestre reliant l’Azerbaïdjan à son enclave du Nakhitchevan.

Le secrétaire du Conseil de sécurité arménien, Armen Grigorian, a exclu un tel couloir extraterritorial lorsqu’il s’est exprimé lors de la réunion des hauts responsables de la sécurité de l’OTSC vendredi. La veille , il a tenu une réunion séparée avec son homologue russe, Nikolay Patrushev. Son bureau a déclaré avoir informé Patrushev de la station actuelle dans la zone de conflit du Karabakh et de la frontière arméno-azerbaïdjanaise en particulier. Il a cité Patrushev comme disant que « Moscou soutient l’Arménie dans les processus visant à assurer la sécurité régionale ».

Le Conseil de sécurité russe a rapporté, pour sa part, que les deux hommes avaient discuté de la coopération russo-arménienne « dans l’intérêt de la stabilité dans la région du Caucase du Sud ». Il a déclaré qu’ils avaient également parlé de l’aide russe à l’énergie et à la cybersécurité de l’Arménie.

© 2022 Tous droits réservés