L’Arménie soutient le renforcement de l’OTSC

L’Arménie s’est déclarée vendredi prête à aider à renforcer l’Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC), tout en reprochant à nouveau aux autres membres de l’alliance militaire dirigée par la Russie de ne pas soutenir ouvertement Erevan dans son différend frontalier avec l’Azerbaïdjan.

Le gouvernement arménien a appelé l’OTSC à l’aide peu de temps après que les troupes azerbaïdjanaises auraient franchi plusieurs sections de la frontière arméno-azerbaïdjanaise et avancé de quelques kilomètres sur le territoire arménien en mai 2021. Il a demandé à l’alliance de six États ex-soviétiques d’invoquer l’article 2 de son traité fondateur qui exige une réponse collective aux graves menaces sécuritaires auxquelles l’un d’entre eux est confronté.

La Russie et d’autres États membres de l’OTSC ont exprimé leur inquiétude face aux tensions frontalières mais n’ont pas publié de déclarations conjointes en faveur de l’Arménie. Les dirigeants arméniens ont critiqué à plusieurs reprises cette position.

Le ministre des Affaires étrangères Ararat Mirzoyan a réitéré cette critique après avoir organisé une réunion à Erevan avec les autres hauts diplomates de Russie, de Biélorussie, du Kazakhstan, du Kirghizistan et du Tadjikistan.

« Bien que l’organisation ait répondu en temps opportun aux événements survenus au Kazakhstan en janvier, la question reste ouverte en ce qui concerne l’invasion des troupes azerbaïdjanaises sur le territoire souverain de l’Arménie, qui a commencé en mai 2021 », a-t-il déclaré à la presse.

Mirzoyan a précisé dans le même temps qu’Erevan avait l’intention de « renforcer la coopération entre les États membres » du bloc. Cela implique d’assurer une coordination plus étroite de leurs politiques étrangères et de « renforcer le rôle de l’OTSC sur la scène internationale », a-t-il déclaré.

Dans une déclaration conjointe publiée après la réunion, les ministres des Affaires étrangères de l’OTSC n’ont pas explicitement mentionné la guerre de la Russie avec l’Ukraine. Ils ont exprimé leur inquiétude face à la « dégradation continue du système de sécurité internationale ». Ils ont déclaré que tous les pays doivent respecter « le principe de sécurité égale et indivisible ».

Du point de vue de Moscou, la « sécurité indivisible » signifie que l’OTAN doit s’engager à ne pas inclure l’Ukraine et à réduire sa présence militaire près des frontières de la Russie. Les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN ont rejeté ces demandes dans la perspective de l’invasion russe de l’Ukraine qui a commencé le 24 février.

La Biélorussie est le seul pays non russe de l’OTSC à avoir publiquement soutenu l’invasion. Le président biélorusse Alexandre Loukachenko a réprimandé les autres États membres pour leur attitude plus prudente lorsqu’il a pris la parole lors d’un sommet de l’OTSC à Moscou le mois dernier.

© 2022 Tous droits réservés