L’Azerbaïdjan accusé d’avoir tué des prisonniers de guerre arméniens

L’Arménie a accusé l’Azerbaïdjan d’avoir exécuté au moins deux de ses soldats qui avaient été faits prisonniers lors des violents combats de la semaine dernière. Le Bureau arménien du défenseur des droits de l’homme a déclaré lundi avoir identifié 16 prisonniers de guerre arméniens dans des vidéos amateurs des combats diffusées sur les réseaux sociaux azerbaïdjanais.

L’un de ces soldats, Davit Gishian, a été reconnu par son père, qui a immédiatement alerté un organisme gouvernemental arménien chargé de la protection internationale des prisonniers de guerre et des personnes disparues. Il n’a pas tardé à demander à la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) d’émettre une « mesure provisoire » ordonnant à l’Azerbaïdjanais de garantir sa vie et un traitement approprié.

Il est apparu par la suite que le cadavre de Gishian faisait partie des restes de 32 soldats arméniens remis samedi par l’armée azerbaïdjanaise à la partie arménienne.

« Il est devenu clair hier soir que Davit Gishian a été tué en captivité », a déclaré lundi Hasmik Samvelian, porte-parole du gouvernement. « De toute évidence, l’Azerbaïdjan était responsable de la protection de sa vie », a déclaré Artak Zeynalian, l’un des avocats représentant l’Arménie à la CEDH. « Nous avons une vidéo montrant que [Gishian] était en vie sous contrôle azerbaïdjanais. Il semblait avoir une plaie pénétrante sur la poitrine. »

Le général en chef de l’armée arménienne, Eduoard Asrian, a déclaré vendredi qu’une autre femme soldat arménienne avait été brutalement assassinée après avoir été capturée par les troupes azerbaïdjanaises. Asrian a cité une vidéo sur les réseaux sociaux de son corps mutilé diffusée par des utilisateurs azerbaïdjanais.

« La vidéo a déjà été envoyée aux commissions compétentes des Nations unies et du Conseil de l’Europe après avoir été analysée par un expert médical », a déclaré lundi Kristine Grigorian, médiatrice arménienne des droits de l’homme.

Éditorial