Le gouvernement entend minimiser les paiements en espèces en Arménie

Les autorités arméniennes commenceront à appliquer le mois prochain de sérieuses restrictions sur les paiements en espèces dans le pays dans le cadre de leur lutte contre l’évasion fiscale.

Un projet de loi du gouvernement approuvé par le parlement arménien au début de cette année oblige les entreprises privées et les entrepreneurs individuels à effectuer des transactions d’une valeur supérieure à 300 000 drams (700 dollars) uniquement via le système bancaire.

Pour les autres citoyens, la limite est fixée à 500 000 drams. Mais il sera ramené à 300 000 drams en juillet 2023.

La loi, qui entrera en vigueur le 1er juillet, interdit également aux agences gouvernementales locales et centrales d’effectuer ou d’accepter des paiements en espèces.

Il envisage une interdiction similaire, bien que progressive, du paiement de tous les frais de scolarité médicaux et éducatifs ainsi que des salaires du secteur privé. L’interdiction s’appliquera d’abord à Erevan et sera étendue aux autres parties de l’Arménie au cours des deux prochaines années.

Le Premier ministre Nikol Pachinian a vanté l’entrée en vigueur imminente de ces restrictions lors d’une réunion du cabinet la semaine dernière. Il a déclaré que son gouvernement interdirait également les paiements en espèces pour l’immobilier et les voitures.

Le chef du Comité des revenus de l’État (SRC), Roustam Badassian, a confirmé que ces mesures visent à réduire le secteur informel encore important de l’économie arménienne. Ils se traduiront par une « certaine augmentation des recettes fiscales », a-t-il dit sans faire de projections financières concrètes.

Garegin Gevorgian, un haut responsable de la Banque centrale arménienne, était également convaincu que la restriction de l’utilisation généralisée des espèces comme mode de paiement améliorerait la collecte des impôts.

Les données de la Banque centrale citées par Gevorgian montrent que les paiements effectués en Arménie par virement bancaire, chèque et carte de crédit ou de débit ont régulièrement augmenté au cours des 12 dernières années. Pourtant, ils ne représentaient qu’un quart de toutes les transactions l’an dernier.

Souren Parsian, un économiste indépendant, a salué les efforts du gouvernement pour limiter les transactions en espèces. Mais il a déclaré que les autorités devraient faire davantage pour sensibiliser le public aux restrictions à venir et aider les petites et moyennes entreprises à se préparer à leur application.

© 2022 Tous droits réservés