Le Parlement approuve un contrôle plus strict sur les hauts gradés de l’armée

L’Assemblée nationale a approuvé une proposition du gouvernement visant à rendre le général militaire arménien directement subordonné au ministre de la Défense.

« Les forces armées doivent rendre compte au ministre de la Défense et au commandant en chef », a déclaré le ministre de la Défense Souren Papikian aux législateurs pro-gouvernementaux avant qu’ils n’adoptent les amendements correspondants à une loi arménienne sur la défense nationale.

En vertu de ces amendements, le chef de l’état-major général de l’armée arménienne occupera également automatiquement le poste de premier vice-ministre de la Défense. Mais il n’exercera pas de fonctions ministérielles si le ministre est absent du pays.

Papikian a déclaré que cela rendra la structure de commandement et de contrôle de l’armée « plus fluide » et plus « verticale ». Il a déclaré que les dirigeants du pays voulaient « tirer des leçons » d’une « expérience amère » non précisée.

Le dernier chef d’état-major général, Artak Davtian, et six autres généraux supérieurs ont été limogés en février par décrets présidentiels initiés par le Premier ministre Nikol Pachinian. Ce dernier n’a toujours pas choisi de nouveau chef d’armée, suscitant de vives inquiétudes au sein de l’opposition arménienne.

Les limogeages des généraux sont intervenus un an après que le prédécesseur de Davtian, Onik Gasparian, et plusieurs autres officiers de haut rang ont accusé le gouvernement de Pachinian d’incompétence et de mauvaise gestion et ont exigé sa démission.

Armen Khatchatrian, un Parlementaire de haut rang représentant le parti au pouvoir du Contrat civil, a reconnu que les autorités espèrent que le changement structurel empêchera les hauts gradés de l’armée de les défier à l’avenir.

Les législateurs de l’opposition estiment que c’est l’objectif principal du projet de loi gouvernemental approuvé par le Parlement en première lecture.

« Ils résolvent un problème politique purement interne », a déclaré Tigran Abrahamian du bloc d’opposition J’ai l’honneur. « Ils pensent qu’ils assureront ainsi un contrôle strict sur l’armée, ce qui empêchera toute déclaration politique ou action des généraux. Mais ils ne résolvent pas vraiment le problème car le chef d’état-major général était déjà subordonné au ministre de la Défense, sans parler de sa subordination au Premier ministre », a-t-il déclaré.

© 2022 Tous droits réservés