Le parti au pouvoir revient sur sa décision d’évincer l’opposition du Parlement

Hratchya Hakobian, un haut responsable du parti Contrat civil, a déclaré que le parti au pouvoir a décidé de ne pas priver de leurs sièges les députés de l’opposition qui boycottent les sessions du Parlement arménien.

La direction de l’Assemblée nationale affiliée au parti au pouvoir a récemment menacé de demander à la Cour constitutionnelle de prendre une telle mesure.

« Nous avons décidé de ne pas entamer un tel processus à ce stade », a déclaré Hratchya Hakobian. « Cependant, nous n’excluons pas qu’un jour nous discutions à nouveau de les priver de leurs mandats. La faction [Parlementaire du parti au pouvoir] organisera à nouveau une discussion sur cette question en septembre ou octobre. »

Hakobian, qui est également le beau-frère du Premier ministre Nikol Pachinian, a déclaré que la majorité pro-gouvernementale du Parlement comptait donner aux députés de l’opposition une nouvelle chance de revenir au Parlement.

L’un de ces législateurs, Gegham Manoukian, a rejeté cette explication, affirmant que les autorités arméniennes voulaient simplement éviter un autre coup porté à leurs références démocratiques.

« Je présume que quelqu’un d’intelligent, qui n’est certainement pas député au Parlement, leur a dit : Vous allez trop loin, vous déshonorez le pays, vous détruisez les dernières ruines de notre bastion démocratique. C’est pourquoi ils ont publié une telle déclaration », a-t-il déclaré.

Les 35 membres du Parlement de 107 sièges représentant les alliances d’opposition Hayastan et J’ai l’honneur ont commencé à boycotter les sessions en avril et ont ensuite organisé des manifestations quotidiennes exigeant la démission de Pachinian. L’un de leurs dirigeants a clairement indiqué qu’ils poursuivraient leur boycott et organiseraient davantage de rassemblements antigouvernementaux dans les semaines à venir.

En vertu de la loi arménienne, un député peut perdre son siège s’il manque, pour des raisons « non légitimes », au moins la moitié des votes du Parlement au cours d’une seule session semestrielle de l’Assemblée nationale. La décision finale à cet effet appartient à la Cour constitutionnelle.

La direction du Parlement a déclaré plus tôt cette semaine que les 29 députés représentant Hayastan et quatre autres affiliés à J’ai l’honneur pouvaient désormais être officiellement accusés d’absentéisme.

© 2022 Tous droits réservés