Les vœux du Premier ministre arménien à l’occasion des fêtes du Nouvel An et de Noël

 

« Cher peuple, chers citoyens de la République d’Arménie,

2023 fond sous nos yeux, et 2024 entrera dans nos foyers dans quelques minutes comme un adolescent impatient.

Nous clôturons également 2023 avec une forte croissance économique et je tiens avant tout à remercier les personnes qui ont travaillé en 2023, ont fait preuve de créativité dans leur travail, ont créé de la valeur ajoutée et ont payé les impôts prévus par la loi.

Tout d’abord, c’est grâce à ces personnes que nous avons eu l’opportunité de doubler les salaires du personnel militaire et des enseignants, et aujourd’hui dans notre pays il y a des enseignants et du personnel militaire ordinaire avec un salaire de 450 à 500 000 drams.

C’est grâce aux personnes qui travaillent, créent au travail et paient les impôts prévus par la loi que nous avons pu subvenir aux besoins fondamentaux de nos frères et sœurs devenus réfugiés du Haut-Karabakh.

C’est grâce aux personnes qui travaillent, créent au travail et paient les impôts prévus par la loi que nous avons pu, pour la première fois dans l’histoire de la Troisième République, faire correspondre les retraites minimales au panier alimentaire minimum.

C’est grâce aux personnes qui travaillent, créent au travail et paient les impôts prévus par la loi que pour la troisième année consécutive, à partir du 1er janvier, le salaire des chercheurs va augmenter.

C’est grâce à des personnes créatives au travail, apportant de nouvelles idées et n’ayant pas peur de la responsabilité de mettre en œuvre ces idées, que depuis 2018, 190 000 emplois ont été créés en Arménie.

Ces personnes qui travaillent, créent au travail et paient les impôts prévus par la loi méritent des éloges et des remerciements, et j’espère que la ferveur apportée par 2024 leur donnera une nouvelle charge, une nouvelle force, de nouvelles idées.

Chers peuple, chers compatriotes,

En tant que Premier Ministre de la République d’Arménie, je vous adresse pour la 6e fois un message du Nouvel An. En tant que Premier ministre de la République d’Arménie, je vous adresse un message de Nouvel An pour la sixième fois. La rétrospective de notre parcours commun suscite des sentiments de douleur, de regret, mais aussi de fierté. Nous avons beaucoup parlé de douleur et de regret, mais en cette veille de Nouvel An, je veux m’incliner et exprimer ma fierté pour chacun d’entre vous, car avec des fardeaux insupportables sur les épaules, nous avons pu et nous sommes capables de mener notre État, la République d’Arménie, à travers le chemin extrêmement compliqué du renforcement de l’indépendance et de la souveraineté.

Lorsque je pense au chemin que nous avons parcouru, je comprends que cette histoire est au-delà de la compréhension des bonnes et des mauvaises décisions, et que nous avançons sur le seul chemin possible, même s’il est extrêmement vicieux, qui nous permettra d’hériter d’un État pour nos générations.

Nous avons franchi la majeure partie de ce chemin, mais nous ne sommes pas à l’abri de nouvelles épreuves et difficultés à venir et nous ne devons pas trembler, ne pas vaciller dans notre détermination à avoir un État indépendant et à léguer cet État à nos générations.

Je tiens également à présenter mes excuses à chacun d’entre vous, à tous les citoyens de la République d’Arménie, à tous nos frères et sœurs qui sont devenus des réfugiés du Haut-Karabakh, pour les souffrances que vous avez endurées ces dernières années.

Je m’excuse non pas parce que j’ai commis un crime devant vous ou que j’ai oublié, ne serait-ce qu’un instant, une responsabilité ou une obligation devant vous, mais parce que je connais vos sentiments et que j’éprouve les mêmes sentiments.

Mais ce sentiment ne peut en aucun cas porter atteinte à mon devoir de chef d’État, ce qui signifie que toutes mes décisions et actions doivent être fondées sur l’intérêt de l’État de la République d’Arménie. C’est la raison pour laquelle je considère qu’il est prioritaire de trouver des formules pour la normalisation et l’approfondissement des relations avec nos voisins dans notre région, et je continuerai à suivre résolument cette voie pour le bien de l’État, pour le bien de l’avenir, pour le bien des générations.

Il est du devoir du chef de l’État de répéter inlassablement et constamment que nous devons comprendre beaucoup de choses de manière de plus en plus approfondie, que nous devons examiner et revoir beaucoup de choses afin de comprendre de manière irréversible que la patrie est l’État.

La patrie est l’État. Si vous aimez votre patrie, renforcez votre État.

La patrie est l’État. Si vous aimez votre patrie, payez vos impôts.

La patrie est l’État. Si tu aimes ta patrie, améliore ton éducation.

La patrie, c’est l’État. Si tu aimes ta patrie, construis ton bien-être et celui de ton pays, enrichis-toi et enrichis les autres par ton travail.

Tel est l’intérêt de la République d’Arménie. Il devrait être un guide pour nous tous, et je suis sûr que l’année 2024, cet adolescent enthousiaste, deviendra pour nous un symbole de l’État et de la compréhension de l’État.

Chers citoyens, chers compatriotes,

Remplissez vos verres et portez un toast à la République d’Arménie.

Gloire aux martyrs et longue vie à la République d’Arménie.

Vive la République d’Arménie !

Bonne Année et Joyeux Noël ! »