L’opposition entend organiser un vote de défiance contre Pachinian

Un chef de l’opposition arménienne a déclaré qu’il ferait pression pour que se tienne un vote de confiance parlementaire envers le Premier ministre Nikol Pachinian.

« Le renvoi de Nikol Pachinian continue de figurer en tête de notre ordre du jour », a déclaré Ishkhan Saghatelian, le principal orateur des manifestations anti-gouvernementales. « À partir du mois d’août, nous aurons un nouvel outil dans notre arsenal : le processus de destitution [du Premier ministre.] »

« A cette fin, nous devons travailler dans deux directions », a-t-il déclaré aux journalistes. « Premièrement, créer des motifs politiques et juridiques pour la destitution… et démontrer une demande populaire et publique pour cela. Et deuxièmement, nommer le candidat du peuple au poste de Premier ministre. »

En vertu de la constitution arménienne, le parlement ne peut pas évincer le Premier ministre par un vote de défiance au cours de sa première année au pouvoir. Pachinian a été officiellement réélu par l’actuelle Assemblée nationale le 2 août 2021.

Le parti du Contrat civil de Pachinian jouit d’une majorité confortable au parlement. Les blocs d’opposition Hayastan et J’ai l’honneur détiennent un peu moins d’un tiers des sièges parlementaires nécessaires pour déposer une motion de censure contre le gouvernement.

Saghatelian n’a pas précisé s’ils étaient sûrs de provoquer des défections de la majorité parlementaire pro-gouvernementale. « Nous n’entamerons le processus de destitution que lorsqu’il y aura des conditions suffisantes pour son succès », a-t-il dit.

Pachinian et ses alliés politiques ont rejeté les demandes de l’opposition appelant à sa démission. Ils disent que l’opposition n’a pas réussi à attirer le soutien populaire pour un changement de régime.

© 2022 Tous droits réservés