Moscou et Bakou en désaccord sur le village de Paroukh

Un désaccord sur les approches entre la Russie et l’Azerbaïdjan a fait surface concernant le village de Parukh dans la région d’Askeran en Artsakh, où les forces azerbaïdjanaises ont franchi en mars la ligne de contact et avancé leurs positions dans la partie de l’Artsakh sous contrôle arménien.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, en visite à Erevan, a déclaré jeudi aux journalistes que la stabilisation de la situation au Haut-Karabakh faisait partie des priorités des soldats de la paix russes stationnés en Artsakh depuis la guerre de 2020.

Lavrov, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse avec son homologue arménien, Ararat Mirzoyan, a été spécifiquement interrogé sur ce que les soldats russes comptaient faire pour que les forces azerbaïdjanaises retournent à leurs positions initiales, puisque 400 habitants de la région sont incapables de retourner dans leurs foyers.

« Quant à la situation [à Paroukh], c’est l’une des priorités des militaires russes, et nos amis arméniens sont très bien informés à ce sujet », a déclaré Lavrov. « Il y a aussi des résultats en termes d’apaisement des tensions sur le terrain, et nous pensons que ces problèmes seront observés et seront définitivement résolus dans le cadre du lancement d’efforts substantiels de délimitation des frontières. »

Mirzoyan a déclaré aux journalistes que la Russie avait joué un rôle déterminant dans l’arrêt de l’agression et la désescalade. Il a également déclaré qu’Erevan considère que les soldats de la paix russes sont capables de rétablir le statu quo dans la région.

Bakou n’a pas tardé à contrer les déclarations de Lavrov, insistant sur le fait que la région de Paroukh « n’a aucun lien avec les problèmes de démarcation des frontières avec l’Arménie » puisqu’elle est située dans la région de Khodjalou en Azerbaïdjan,

« Les commissions créées par l’Azerbaïdjan et l’Arménie visent à délimiter et à délimiter les frontières entre les deux pays », a déclaré la porte-parole du ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères, Leyla Abdulayeva, dans un communiqué.

Abdulayeva a souligné qu’il n’est pas envisagé que le processus frontalier concerne les zones situées en dehors des frontières de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan, y compris les zones où les forces russes de maintien de la paix sont temporairement stationnées.

© 2022 Tous droits réservés