Pachinian accusé de sous-estimer le nombre de prisonniers de guerre

Un avocat arménien des droits de l’homme a accusé jeudi le Premier ministre Nikol Pachinian d’avoir grossièrement sous-estimé le nombre de prisonniers de guerre arméniens et d’autres captifs toujours détenus par l’Azerbaïdjan.

Pachinian a estimé le nombre total « confirmé » de captifs à 39 lorsqu’il a parlé des efforts du gouvernement arménien pour obtenir leur libération.

Siranoush Sahakian, une avocate représentant les prisonniers de guerre arméniens à la Cour européenne des droits de l’homme, a déclaré qu’il prenait au pied de la lettre le nombre de prisonniers arméniens reconnu par Bakou.

« Les données et les preuves détenues par notre organisation montrent qu’en dehors de ces 39 prisonniers, les forces armées azerbaïdjanaises ont également capturé 80 autres personnes qui ont maintenant le statut de personnes disparues de force », a-t-elle déclaré.

Sahakian a accusé le gouvernement arménien de se dédouaner de sa responsabilité vis-à-vis des 80 détenus et de réduire leurs chances de rapatriement.

Les preuves citées par l’avocat comprennent des vidéos qui ont été publiées sur les réseaux sociaux par des militaires azerbaïdjanais pendant la guerre de 2020. Elles montraient des prisonniers de guerre arméniens qui ne figurent pas sur la liste actuelle des captifs de Bakou.

S’exprimant au parlement, Pachinian a déclaré que le sort des 39 autres prisonniers figurait en bonne place à l’ordre du jour de sa dernière rencontre avec le président azerbaïdjanais Ilham Aliev qui s’est récemment tenue à Bruxelles. Il s’est plaint qu’Aliev continue de fixer des « conditions supplémentaires » pour leur libération.

« Les questions humanitaires ne doivent pas être liées aux questions politiques », a déclaré Pachinian.

Bakou n’a libéré qu’un seul prisonnier de guerre arménien, Edouard Martirosov, à la suite du sommet de Bruxelles. Le conscrit de 19 ans, qui a accidentellement traversé la frontière arméno-azerbaïdjanaise le mois dernier, a été remis jeudi aux soldats de la paix russes au Karabakh.

La plupart des 38 autres prisonniers arméniens ont été condamnés à de longues peines de prison dans des procès condamnés par l’Arménie comme des parodies de justice. Erevan soutient qu’ils sont détenus en violation de l’accord négocié par la Russie.

© 2022 Tous droits réservés