Pachinian critique à nouveau l’Organisation du traité de sécurité collective

Lundi, le Premier ministre Nikol Pachinian a de nouveau critiqué l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) dirigée par la Russie pour ne pas s’être ouvertement rangée du côté de l’Arménie dans son différend frontalier avec l’Azerbaïdjan.

« Comme vous le savez, il y a un an, les troupes azerbaïdjanaises ont envahi le territoire souverain de l’Arménie », a déclaré Pachinian lors d’un sommet de l’OTSC à Moscou. « L’Arménie a appelé l’OTSC à activer ses mécanismes pour les situations de crise. Malheureusement, nous ne pouvons pas dire que l’organisation a réagi d’une manière à laquelle l’Arménie s’attendait. »

L’Arménie a fait appel à l’OTSC pour obtenir de l’aide peu de temps après que les troupes azerbaïdjanaises aient franchi plusieurs sections de la frontière arméno-azerbaïdjanaise et avancé de quelques kilomètres sur le territoire arménien en mai 2021. Elle a demandé à l’alliance de six États ex-soviétiques d’invoquer l’article 2 de son traité qui les oblige à discuter d’une réponse collective aux graves menaces à la sécurité auxquelles l’un d’entre eux est confronté.

La Russie et d’autres États membres de l’OTSC ont exprimé leur inquiétude face aux tensions frontalières, mais n’ont pas publié de déclarations conjointes en faveur de l’Arménie. Le secrétaire général du bloc, Stanislav Zas, a déclaré en juillet dernier que le différend arméno-azerbaïdjanais n’était pas suffisamment grave pour justifier une intervention militaire de l’OTSC.

Dans une raillerie apparente contre la Russie, Pachinian a également critiqué les ex-alliés soviétiques anonymes de son pays pour avoir vendu des armes à l’Azerbaïdjan, qui, selon lui, ont été utilisées contre « l’Arménie et le peuple arménien » pendant la guerre de 2020.

Dans le même temps, Pachinian a de nouveau reconnu le « rôle spécial » du président russe Vladimir Poutine dans l’arrêt de la guerre grâce à un cessez-le-feu négocié par Moscou en novembre 2020. Il a en outre déclaré qu’Erevan reste attaché à l’OTSC car il considère le bloc comme un « facteur clé de stabilité et de sécurité » pour l’Arménie et toute la « région eurasienne ».

Dans son allocution d’ouverture du sommet, programmée pour coïncider avec le 30e anniversaire de la création de l’OTSC, Poutine s’est concentré sur la poursuite de la guerre en Ukraine. Il a informé les dirigeants de l’Arménie, de la Biélorussie, du Kazakhstan, du Kirghizistan et du Tadjikistan sur « l’opération militaire spéciale » de la Russie lors d’une discussion qui a suivi à huis clos.

La Biélorussie est le seul pays non russe de l’OTSC à avoir publiquement soutenu l’invasion russe. Le président biélorusse Alexandre Loukachenko a reproché aux autres États membres d’avoir adopté une position plus prudente et de ne pas avoir agi en front uni contre l’expansion de l’OTAN vers l’est. « S’il n’y a pas d’unité dans nos rangs, nous n’existerons peut-être pas demain », a averti Loukachenko.

La déclaration conjointe publiée par les dirigeants de l’OTSC après le sommet ne fait aucune mention explicite du conflit en Ukraine.

© 2022 Tous droits réservés