Pachinian : « L’Arménie se bat toujours pour son indépendance »

L’Arménie se bat toujours pour son indépendance plus de trois décennies après l’effondrement de l’Union soviétique, a déclaré mardi le Premier ministre Nikol Pachinian.

Pachinian a souligné l’importance de la sécurité nationale et de la normalisation des relations avec l’Azerbaïdjan et la Turquie en félicitant les Arméniens à l’occasion du 32e anniversaire de la déclaration d’indépendance adoptée par le Parlement.

La déclaration de 1990 n’a pas proclamé la sécession immédiate de l’Arménie de l’Union soviétique, mais plutôt « le début d’un processus d’établissement d’un État indépendant ».

« De facto, ce processus n’est toujours pas achevé aujourd’hui, non pas parce que nous n’avons pas d’indépendance, mais parce que l’indépendance est comme la santé : même si vous l’avez, vous devez en prendre soin tous les jours », a déclaré Pachinian dans un communiqué.

« Le gouvernement se bat chaque jour pour l’indépendance de la République d’Arménie”, a-t-il déclaré. « Pour nous, l’indépendance c’est la sécurité. Les structures internationales qui sont censées l’assurer s’effondrent devant nos yeux, et l’une des premières fissures s’est malheureusement manifestée au Haut-Karabakh.

L’indépendance, ce sont des relations normalisées avec les voisins. Bien que nous ayons d’excellentes relations avec certains de nos voisins, il n’y a pas de progrès significatif dans nos relations avec les autres, car ils nous demandent trop ou ils pensent que nous leur demandons trop.

Pour nous, l’indépendance, c’est des relations d’alliance fortes, mais les alliés ne sont pas toujours seulement des alliés : ils peuvent aussi s’allier contre vous », a ajouté Pachinian dans une référence apparente à la Russie.

Dans un long discours au début du mois, Pachinian a explicitement dénoncé l’incapacité ou la réticence des soldats de la paix russes à empêcher de nouvelles escalades au Karabakh, affirmant que leurs échecs « mettent en lumière des questions de nature systémique » et « soulèvent des questions parmi le public arménien sur le but et l’essence même de l’opération de maintien de la paix ».

Pachinian a également critiqué publiquement l’Organisation du Traité de sécurité collective, une alliance militaire dirigée par la Russie, pour avoir refusé de répondre à une incursion des troupes azerbaïdjanaises dans certaines parties de l’Arménie au printemps dernier, ce qui contraste fortement avec sa réaction immédiate aux troubles civils de masse qui ont secoué Kazakhstan en janvier.

Pourtant, Pachinian a généralement pris soin de tempérer sa critique de la Russie par des éloges, soulignant, par exemple, que les soldats de la paix au Karabakh « sont un facteur clé pour assurer la sécurité des Arméniens d’Artsakh » et qu’il reste « engagé dans le développement futur de l’OTSC ».

Éditorial