Tigran Avinian préconise l’interdiction de la vente de feux d’artifice

L’ancien vice-Premier ministre, Tigran Avinian, s’est prononcé en faveur de l’interdiction de la vente de feux d’artifice en Arménie trois jours après le drame de Sourmalou.

Avinian, que le parti du Contrat civil de Pachinian prévoit de nommer candidat à la mairie lors des élections municipales de l’année prochaine à Erevan, a déclaré qu’il pensait que l’utilisation de feux d’artifice en Arménie devait être limitée aux événements officiels organisés par les organes gouvernementaux ou locaux.

« Cet [incident tragique] est pour nous l’occasion de réfléchir à des changements dans notre culture de célébration de nos anniversaires, d’organisation de baptêmes et de fêtes de mariage en ce qui concerne l’utilisation de feux d’artifice », a déclaré Avinian.

Le ministre arménien des Situations d’urgence, Armen Pamboukhchian, a déclaré mardi soir que selon des informations préliminaires, jusqu’à quatre tonnes de matériaux explosifs étaient stockées dans les locaux du marché de Sourmalou, situé à seulement deux kilomètres du centre d’Erevan.

L’Arménie a déclaré deux jours de deuil national les 17 et 18 août pour les victimes de l’explosion.

Avinian, qui s’est rendu sur les lieux du drame pour y déposer des fleurs à la mémoire des victimes, a rappelé que la question de la limitation de l’utilisation des feux d’artifice avait déjà été discutée par le gouvernement en 2021. Il a déclaré que la question est susceptible d’être soulevée au parlement lorsque les législateurs se réuniront à nouveau en septembre.

Éditorial