Un général arménien arrêté dans le cadre d’une enquête pénale

L’ancien commandant des unités d’artillerie de l’armée arménienne a été arrêté dans le cadre d’une enquête pénale en cours sur des fournitures présumées de munitions insuffisantes.

Le Service de sécurité nationale (NSS) a affirmé vendredi que le général de division Armen Haroutiounian avait abusé de sa position pour conclure un accord avec une entreprise privée qui a vendu pour 1 million de dollars de cartouches d’artillerie au ministère arménien de la Défense.

Dans un communiqué, le NSS a déclaré que les cartouches fabriquées en République tchèque étaient en deçà de la portée de tir des canons utilisés par l’armée arménienne, empêchant cette dernière de mener à bien des « tâches de combat » pendant la guerre de 2020 avec l’Azerbaïdjan. Les munitions ont été conçues pour un système d’artillerie à plus courte portée, a-t-il déclaré.

Le communiqué indique que Haroutiounian a arrangé l’accord pour « détourner une grosse somme du ministère de la Défense ». Les enquêteurs ont porté des accusations correspondantes contre le général et le propriétaire et directeur général de la société anonyme, a ajouté le communiqué. Il n’était pas immédiatement clair si les suspects plaideraient coupables des accusations.

Haroutiounian faisait partie des sept généraux supérieurs qui ont été limogés en février par des décrets présidentiels initiés par le Premier ministre Nikol Pachinian. Parmi eux, le chef d’état-major général de l’armée, le lieutenant-général Artak Davtian.

Davtian, deux autres généraux ainsi que l’ancien ministre de la Défense Davit Tonoyan ont été jugés en janvier pour des accusations liées à l’achat de roquettes air-sol prétendument obsolètes pour l’armée de l’air arménienne. Ils nient tous les accusations.

Contrairement aux autres accusés, Tonoyan est actuellement en détention. Dans une déclaration publiée en janvier, il accusé les autorités de faire de lui le bouc émissaire de la défaite de l’Arménie. Il s’est engagé à faire des révélations « surprises » à cet égard.

Les politiciens de l’opposition et d’autres critiques du gouvernement arménien tiennent Pachinian pour principal responsable de l’issue de la guerre qui a fait au moins 3 800 morts parmi les soldats arméniens. Certains d’entre eux affirment que les poursuites pénales contre l’ancien ministre de la Défense et les généraux visent à détourner le blâme de Pachinian.

© 2022 Tous droits réservés