Un opposant au gouvernement meurt en plein procès

Un détracteur virulent du gouvernement arménien arrêté il y a deux mois est décédé lors de son procès à Erevan vendredi, provoquant le tollé de la médiatrice des droits de l’homme du pays et des dirigeants de l’opposition.

Armen Grigorian, un célèbre producteur de divertissement, s’est effondré dans la salle d’audience lorsque son avocat a demandé au président du tribunal de le libérer. Grigorian, 56 ans, a été déclaré mort par une équipe d’ambulances qui est arrivée sur les lieux environ 10 minutes plus tard.

« Ils ont pris des mesures de réanimation mais en vain », a déclaré Tagouhi Stepanian, le chef du service national d’ambulance. Stepanian a déclaré qu’un examen médico-légal permettra de déterminer la cause de la mort subite de Grigorian.

Grigorian, qui pendant des années a sévèrement critiqué le Premier ministre Nikol Pachinian, a été arrêté et inculpé le 18 mai en lien avec une vidéo de 2021 dans laquelle il faisait des commentaires désobligeants sur les habitants de deux régions arméniennes favorables au gouvernement. Le Service de sécurité nationale l’a accusé d’avoir porté atteinte à leur « dignité nationale ».

Grigorian ainsi que des personnalités de l’opposition et d’autres critiques du gouvernement ont rejeté les accusations comme étant politiquement motivées. Selon eux, le fait qu’il soit détenu dans l’attente d’une enquête prouve seulement qu’il est un prisonnier politique.

Des militants des droits de l’homme ont également critiqué la procédure pénale. Certains d’entre eux ont lié l’affaire aux manifestations antigouvernementales quotidiennes lancées par l’opposition arménienne le 1er mai.

L’ombudsman d’Arménie, Kristine Grigorian a exprimé son indignation suite à la mort de l’activiste antigouvernemental, affirmant qu’il n’avait manifestement pas reçu de soins médicaux adéquats en prison. Elle a déclaré avoir demandé des « clarifications » aux procureurs et au ministère de la Justice, qui gère les prisons arméniennes.

Ni le ministère, ni les forces de l’ordre n’ont publié de communiqué sur la mort d’Armen Grigorian vendredi soir.

L’avocat de Grigorian, Rouben Melikian, a déclaré que son client, qui était médecin de formation, souffrait de graves « problèmes de santé ».

Au cours de l’année écoulée, l’opposition a régulièrement accusé le gouvernement de Pachinian d’avoir utilisé les arrestations provisoires pour tenter de neutraliser ses membres et partisans luttant pour un changement de régime.

Plus de deux douzaines de ces personnes sont actuellement en état d’arrestation pour des accusations découlant des manifestations antigouvernementales. La plupart d’entre eux sont accusés d’avoir agressé la police anti-émeute. Les autorités soutiennent que les accusations ne sont pas politiquement motivées.

© 2022 Tous droits réservés