SOCIÉTÉ – Une nouvelle enquête révèle la méfiance du public envers les institutions étatiques

Selon les chiffres récemment publiés du Caucasus Barometer, seule une poignée d’institutions étatiques en Arménie jouissent de la confiance de la majorité des citoyens.

L’enquête, organisée par le groupe de réflexion du Caucasus Research Resource Center, a été menée de décembre dernier à février. Les chercheurs ont mené des entretiens en face à face avec un échantillon représentatif de plus de 1 600 adultes dans les villes, villages et communautés rurales d’Arménie. Les résultats de l’enquête ont une marge d’erreur de 2,4 %.

Entre autres questions, les sondeurs ont interrogé les répondants sur leur confiance envers quinze organes de l’État arménien, ainsi que dans les Nations Unies et l’Union européenne.

Sur ces 17 institutions, seules trois jouissaient de la confiance « entièrement » ou « plutôt » de la majorité des personnes interrogées : le défenseur arménien des droits de l’homme (environ 83 %), les forces armées (83 %) et l’UE (59 %).

Alors que les forces armées sont depuis longtemps l’une des institutions les plus fiables d’Arménie, les données du CRRC suggèrent que la grande majorité des Arméniens ont toujours déclaré faire confiance à l’armée pendant plus d’une décennie, la position de confiance du défenseur des droits de l’homme est nouvelle.

Depuis la précédente enquête il y a cinq ans, le niveau de confiance du public envers le défenseur des droits humains a augmenté de plus de 50 points, passant d’un peu moins de 30 % en 2017 à plus de 80 % aujourd’hui.

L’ancien défenseur des droits humains Arman Tatoyan a déclaré qu’il pensait que l’augmentation massive de la confiance du public était en grande partie le résultat des efforts de surveillance largement médiatisés de l’institution après la guerre de 2020 dans et autour du Karabakh.

« Surtout après la guerre, nous avons effectué des visites dans les régions et les villages, nous avons pris connaissance des problèmes des gens, avons enregistré les faits de manière objective, mené des analyses et les avons publiées », a déclaré Tatoyan, qui dirigeait le Bureau du Défenseur des droits de l’homme pendant cette période.

À l’opposé, la majorité des personnes interrogées dans l’enquête ont déclaré qu’elles se méfiaient de huit institutions, dont les médias, l’Assemblée nationale et l’exécutif.

Gayane Abrahamian, responsable de l’ONG For Equal Rights et militante a déclaré que l’Arménie n’a pas été épargnée par les tendances mondiales de polarisation croissante des médias et de méfiance à l’égard du journalisme.

« Dans l’environnement médiatique arménien, nous devons souligner que la chose la plus problématique est le parti pris partisan des médias, ainsi que le service de certains intérêts », a-t-elle déclaré.

Un autre résultat notable du sondage est un effondrement de la confiance du public envers l’Église apostolique arménienne, avec des niveaux de soutien ayant chuté de près de 40 points de pourcentage depuis 2019. Pendant de nombreuses années, la CRRC a enregistré la confiance du public dans l’église à des niveaux relativement constants au-dessus 70%, ce qui en faisait l’une des institutions les plus fiables du pays à l’époque.

© 2022 Tous droits réservés