Une responsable américaine rencontre des membres de l’opposition

Une haute responsable du département d’État américain a rencontré les dirigeants des principaux groupes d’opposition arméniens lors d’une visite à Erevan.

Kara McDonald, sous-secrétaire d’État adjointe à la démocratie, aux droits de l’homme et au travail, était à Erevan pour des entretiens avec des responsables gouvernementaux, des politiciens et des membres de la société civile. Parmi les responsables figuraient le ministre de la Justice, Karen Andreassian, et le vice-ministre des Affaires étrangères, Vahe Gevorgian.

L’ambassade des États-Unis en Arménie a déclaré qu’au cours du voyage de deux jours, McDonald « a souligné l’engagement des États-Unis à continuer d’aider le peuple arménien à construire un avenir basé sur des valeurs démocratiques partagées ».

Il est apparu vendredi qu’elle avait tenu une réunion séparée avec des représentants des deux alliances d’opposition représentées au parlement arménien.

Gegham Manoukian, un parlementaire de l’opposition, a déclaré avoir discuté d’un large éventail de questions, notamment des « pratiques honteuses » dans le système judiciaire arménien et des actions de la police contre les participants aux rassemblements continus de l’opposition visant à renverser le Premier ministre Nikol Pachinian. McDonald a pris note des préoccupations exprimées par les opposants, a-t-il dit.

L’ambassade des États-Unis n’a fait aucun commentaire sur cette réunion. L’ambassade a publié sur sa page Twitter des photos des réunions de McDonald’s avec d’autres personnes, y compris des dirigeants de quatre partis non représentés au parlement arménien.

Les deux factions de l’opposition au Parlement ont critiqué l’ambassadrice des États-Unis en Arménie, Lynne Tracy, le mois dernier après qu’elle ait semblé saluer le résultat des élections législatives de l’année dernière remportées par le parti de Pachinian.

L’un de leurs dirigeants, Ishkhan Saghatelian, a accusé les États-Unis et d’autres puissances occidentales de fermer les yeux sur les pressions gouvernementales sur le système judiciaire, l’existence de « dizaines de prisonniers politiques » et d’autres violations des droits de l’homme. Il a également déclaré que les Arméniens n’avaient pas donné à Pachinian le mandat de « céder » le Haut-Karabakh à l’Azerbaïdjan.

Réagissant aux manifestations du début de mai, le Département d’État a exhorté l’opposition arménienne à « s’abstenir de recourir à la violence et à respecter l’État de droit et la démocratie arménienne ».

© 2022 Tous droits réservés