Veolia Djur prévoit une nouvelle hausse tarifaire

Invoquant une forte inflation en Arménie, l’opérateur français des eaux a soumis une nouvelle offre aux régulateurs des services publics pour augmenter les tarifs d’approvisionnement en eau, qui avaient déjà augmenté l’année dernière.

Veolia Djur demande que le tarif de l’eau potable soit fixé à 209 drams (plus de 50 centimes) le mètre cube au lieu du tarif actuel de 200 drams. En justifiant l’offre, la société a déclaré qu’au cours des six premiers mois de cette année, les prix des biens et services en Arménie ont augmenté de 8,3 %.

Ashot Oulikhanian, chef du département des politiques tarifaires de la Commission de réglementation des services publics (PSRC), a déclaré mardi que la commission dispose de 80 jours ouvrables pour prendre une décision sur la demande de l’entreprise et qu’il faudra encore 30 jours pour mettre en œuvre la décision. Le responsable n’a pas exclu que, pour empêcher la deuxième hausse des tarifs de l’eau d’ici un an, le gouvernement décide de la subventionner.

« Des discussions sont également nécessaires avec le gouvernement pour trouver des moyens de compenser [les pertes de l’entreprise] dans des conditions de forte inflation afin d’empêcher une nouvelle hausse des tarifs de l’eau », a déclaré Oulikhanian.

L’entreprise française a géré le réseau d’eau et d’assainissement d’Erevan pendant 10 ans depuis 2006 avant de reprendre le réseau national en 2017 pour une durée de 15 ans. L’entreprise s’est engagée à réduire les pertes d’eau qui, selon le PSRC, s’élevaient à environ 80 % il y a cinq ans et s’élèvent aujourd’hui à environ 70 %. Veolia Djur s’est également engagé à investir au moins 37,5 milliards de drams (plus de 90 millions de dollars selon le taux de change actuel) dans la refonte du système.

Bien qu’elle ait réussi à rénover le système dans la majeure partie d’Erevan, la société fait face à des critiques en Arménie concernant le manque d’approvisionnement en eau 24 heures sur 24 dans de nombreuses régions ainsi que les coupures d’urgence fréquentes, en particulier pendant les mois d’été.

Les responsables arméniens n’ont pas non plus commenté la demande de l’entreprise. Avant les élections législatives de 2018, le Premier ministre Nikol Pachinian a promis qu’il n’y aurait pas d’augmentation des tarifs de l’eau en Arménie avant 2024.

Après la hausse de 11% des tarifs de l’eau l’année dernière, Pachinian a déclaré que c’était une étape nécessaire pour éviter une augmentation potentiellement beaucoup plus importante dans trois ans.

Éditorial