24/02/2022

Arman Tatoyan ne rejoindra pas de parti politique


L'ombudsman sortant, Arman Tatoyan, a insisté mercredi sur le fait qu'il n'envisageait pas de rejoindre un parti politique après avoir quitté ses fonctions.

Tatoyan a rencontré la presse un jour avant de terminer son mandat de six ans. Il sera remplacé jeudi par l'ancienne vice-ministre de la Justice, Kristine Grigorian.

Grigorian, 40 ans, a été nommée pour le poste par le parti Contrat civil et élue par le parlement arménien le mois dernier. Les députés de l'opposition ont rejeté sa candidature. De leur côté, les députés du Contrat civil ont attaqué Tatoyan, qui a été de plus en plus critique à l'égard du gouvernement arménien.

En particulier, Tatoyan a dénoncé les retraits des troupes arméniennes ordonnés par Pachinian à la suite de la guerre de 2020 au Haut-Karabakh et a accusé les autorités de porter atteinte à l'indépendance judiciaire et d'intimider les groupes d'opposition qui ont vaincu le parti au pouvoir lors des élections locales.

Il a également critiqué les promesses de Pachinian de mener des « vendettas politiques » contre des responsables gouvernementaux locaux provocants faites lors de la campagne pour les élections législatives anticipées de juin dernier.

Le secrétaire du Conseil de sécurité arménien, Armen Grigorian, a répondu à la fin de l'année dernière en accusant Tatoyan de se livrer à des activités « contre-révolutionnaires » en soutien aux forces de l'opposition.

« Je n'ai reçu aucune offre d'aucune force politique [dernièrement] », a déclaré Tatoyan lors de la conférence de presse d'adieu. « Et même en cas de proposition, je ne rejoindrai aucune force politique. »

Un sondage d'opinion financé par les États-Unis et mené à la fin de l'année dernière a révélé que de tous les organes de l'État en Arménie, le bureau de Tatoyan bénéficiait du taux d'approbation le plus élevé. Selon certains médias, le médiateur de 40 ans a été courtisé par des partis d'opposition ces derniers mois.

Tatoyan a déclaré qu'il ne se retirerait pas de la vie publique et qu'il resterait engagé dans la défense des droits humains. Il a déclaré qu'il serait particulièrement actif pour soutenir les habitants des villes et villages frontaliers arméniens confrontés à ce qu'il considère comme de graves menaces à la sécurité de la part de l'Azerbaïdjan.

L'avocat formé aux États-Unis a fréquemment dénoncé ces menaces au cours des dernières années. Il a également critiqué les réponses des autorités arméniennes aux incursions transfrontalières azerbaïdjanaises et la gestion plus large de la sécurité des frontières.

Tatoyan a remis en question mercredi les affirmations régulières de Pachinian selon lesquelles l'ouverture prévue de la frontière arméno-azerbaïdjanaise au commerce inaugurera une « ère de développement pacifique » dans la région. « La paix est une valeur suprême, mais elle ne peut pas se faire aux dépens d'une seule partie », a-t-il déclaré.

Partager
Imprimer
Dernière mise à jour : 24/02/2022 11:56 
Vision plus opticien

 
Agenda
Nouveautés boutique
Archives
NH Hebdo N° 293 - 03/03/2022
 
NH Hebdo N° 292 - 24/02/2022
 
NH Hebdo N° 291 - 17/02/2022
 
NH Hebdo N° 290 - 10/02/2022
 
NH Hebdo N° 289 - 03/02/2022