31/01/2020

La Fondation Soros en Arménie dénonce une « campagne de diffamation »

Par Achod Papasian 

La branche arménienne du milliardaire américain George Soros « Open Society Foundations » (OSF) a accusé mercredi des forces anti-gouvernementales radicales de mener une campagne de diffamation « sans précédent » contre elle et ses partenaires locaux.

« Une contre-propagande à grande échelle et une campagne d'information d'une agressivité sans précédent, accompagnées de discours de haine et d'appels à la violence souvent manifestes, sont menées contre la fondation et nos partenaires depuis un certain temps », a déclaré Larisa Minassian, directrice d'OSF-Arménie, à la presse.

Minassian a déclaré que l'effort vise à empêcher OSF de soutenir diverses réformes annoncées par le gouvernement arménien.

« Nous sommes conscients que le potentiel de la société civile pour exiger et soutenir des changements systémiques en Arménie est ce qui a fait de nous et de nos partenaires la cible de cette campagne de diffamation », a-t-elle déclaré. « La confiance du public dans les institutions démocratiques de notre pays, l'Assemblée nationale légitimement élue et le gouvernement formé par elle est également visée. »

Minassian s'est plaint que certains médias arméniens aident les détracteurs de l'OSF à répandre de fausses déclarations sur Soros et les activités financées par son association caritative en Arménie et dans d'autres pays. Elle a insisté en particulier sur le fait que l'éminent philanthrope n'a jamais provoqué ni aidé à une révolte antigouvernementale.

« George Soros a fait fortune sur les marchés financiers des pays démocratiques strictement réglementés par les organismes de réglementation », a-t-elle ajouté.

Minassian a également rejeté les allégations selon lesquelles OSF avait promu une résolution du conflit du Haut-Karabakh qui bénéficierait à l'Azerbaïdjan. « La fondation n'a jamais financé de propagande pacifiste envers l'Azerbaïdjan ni aucune initiative liée au conflit du Karabakh », a-t-elle déclaré.

Des groupes nationalistes ainsi que certains militants individuels opposés au gouvernement du Premier ministre Nikol Pachinian ont de plus en plus attaqué OSF dans leurs déclarations publiques depuis la révolution de Velours de 2018. Ils allèguent que le gouvernement fait avancer l'agenda politique secret de Soros en Arménie qui, selon eux, pose un problème pour la sécurité nationale et les valeurs arméniennes traditionnelles. Certains d'entre eux sont allés jusqu'à affirmer que Soros était à l'origine de la révolution qui a amené Pachinian au pouvoir.

Minassian a réfuté ces affirmations lors d'une conférence de presse en mars 2019 à Erevan. Dans une déclaration distincte publiée à l'époque, OSF-Arménie a déclaré qu'elle continuerait à soutenir « les organisations de la société civile et tous les Arméniens travaillant à faire avancer des réformes systémiques durables ».

Au cours des deux dernières décennies, OSF a octroyé au total environ 53 millions de dollars de subventions à des organisations non gouvernementales et à des particuliers arméniens. Ils ont été consacrés à des centaines de projets mis en oeuvre dans un large éventail de domaines, notamment l'éducation, les droits de l'homme, les réformes judiciaires et les médias.