16/11/2019

Rencontre avec Hovannes Kultcheyan, membre de l'association CHENE France


Association loi de 1901 fondée le 17 septembre 1990, CHENE France est la branche française de Shen Arménie. Première association reconnue par le gouvernement arménien, cette dernière a été créée en 1988 par un groupe d'enseignants et d'étudiants de l'Ecole Polytechnique d'Erevan animés par l'esprit du Mouvement Karabagh. L'objectif initial était d'apporter une aide matérielle, un soutien moral et physique aux habitants des villages frontaliers d'Artsakh afin qu'ils n'abandonnent pas leurs terres. Afin d'étoffer ses moyens d'action, l'ONG Shen Arménie a eu très vite besoin d'un soutien extérieur. C'est ainsi qu'un groupe de Français d'origine arménienne engagés dans les activités associatives et militantes a été amené à collaborer avec les membres de Shen. Une entente mutuelle s'est rapidement établie et bientôt, la décision est prise de créer la branche française de ce mouvement.

La première action de CHENE France a été la conception d'une carte ethnique des Arméniens d'Artsakh afin de permettre aux Arméniens et aux non-Arméniens de France de comprendre la réalité du terrain. Cette carte a été diffusée lors des rassemblements devant l'ambassade de l'URSS en 1988-1989, où les Arméniens manifestaient en scandant « Le Kharabagh est à nous ! ». « Aujourd'hui, il existe en France plusieurs dizaines d'associations arméniennes créées après le séisme de 1988 », raconte Hovannes Kultcheyan. « L'action humanitaire s'est exclusivement focalisée sur ce désastre et je comprends naturellement le besoin de ces actions, mais avec CHENE, nous essayons de conserver l'esprit et les motivations de notre action de départ. »

Cette année CHENE organise la 27e édition de la Braderie qui aura lieu, comme l'an dernier, au Plessis Robinson. « C'est en 1992, que nous avons pensé à organiser cet événement pour collecter de l'argent et des dons », rappelle M. Kultcheyan. « Le lieu n'était pas choisi par hasard : il s'agit du Collège Samuel Moorat de Sèvres qui nous a accueilli pendant 25 ans. Je profite de l'occasion pour remercier la direction du Collège de nous avoir permis de donner de la visibilité à notre association dans ce lieu chargé d'histoire. Nous avons mis en place cet événement pour relayer les projets de Shen Arménie et pour rassembler dans un cadre intime et convivial les membres, adhérents et sympathisants de notre association. Ce rendez-vous public est aussi une occasion de communiquer sur nos actions, présenter nos projets en sortant du cadre classique. » L'organisation de chaque Braderie demande de mobiliser environ 70 personnes. Cette année, rien que pour préparer et expédier 10 500 enveloppes en Ile de France, près de soixante « chénagans » et amis étaient mobilisés.

La Braderie est un moyen de mettre en valeur les produits agricoles et artisanaux d'Arménie, et une façon innovante de collecter des dons. Shen Arménie a été précurseur dans la culture des vergers d'abricots et autres fruits, tout comme les légumes, la tomate en particulier, mais également précurseur dans la construction de séchoirs à fruits et légumes qui fonctionnent à l'énergie solaire. Quant aux produits d'artisanat, la Braderie aide énormément les artisans professionnels ou amateurs (professeurs, ingénieurs, chômeurs) qui fabriquent des objets de grande qualité et qui attendent avec impatience que CHENE leur achète leurs créations. Pour certains, c'est même leur seul revenu ! Avec le temps, CHENE s'est donc imposé comme un véritable « Salon de l'Artisanat d'Arménie ».

La Braderie est aussi une occasion privilégiée d'échanger avec des jeunes motivés qui rejoignent l'association et qui viennent épauler les bénévoles dans la gestion des projets. « Ces dernières années, une dizaine de nouveaux membres ont été séduits par notre action opérationnelle, par notre efficacité concrète sur le terrain, par notre transparence budgétaire, ainsi que par notre façon de communiquer via la braderie et lors de différentes manifestations organisées en Ile de France, via les comités d'entreprises », témoigne M. Kultcheyan.

« J'aimerais d'ailleurs rappeler que CHENE France est plus qu'une association de bienfaisance : elle est avant tout axée sur la reconstruction et le repeuplement des villages. Autrement dit, nous ne donnons pas de l'argent à nos bénéficiaires sans leur demander des comptes et sans faire le suivi sur investissement. Ceci est un point important particulièrement apprécié de nos donateurs. Nous ne sommes pas non plus une association virtuelle qui ne communique que par voie électronique. Si un sympathisant ou un donateur souhaite nous rencontrer, il peut venir directement à la Braderie pour nous formuler ses appréciations, suggestions et critiques et pourquoi pas participer à nos réunions de travail organisées une fois par mois à la MCA d'Alfortville. »

L'autre particularité de la Braderie est que c'est un véritable Salon du Livre qui réunit les ouvrages parus dans l'année, avec des séances de dédicace en présence des auteurs. La Braderie reçoit aussi de plus de plus de livres d'occasion qui sont offerts par des particuliers et qui sont vendus pendant ces deux jours. Cette année, deux expositions seront organisées, dont celle des membres de l'Euphorie de l'Eglise de Chaville pour le 150e anniversaire du père Komitas, ainsi que le troisième concours photo sur le thème « Ombre et Lumière ».

Le dîner du samedi soir aura lieu comme toujours au Yan's Club, qui régalera les participants avec ses spécialités gastronomiques. Il y aura aussi la traditionnelle tombola avec cette année une vente des billets dès le samedi matin avec le tirage lors du dîner.

Cette année, CHENE France dispose d'un budget exceptionnel, grâce au legs de 230 000 euros de Monsieur Edouard Hatabian. Ce legs a permis à l'association de réaliser des projets remarquables en Arménie et en Artsakh, un point à signaler compte tenu qu'en général, le budget annuel varie entre 40 et 60 000 euros. Le budget annuel de l'ONG Shen Arménie est quant à lui de plus d'un million d'euros. Grâce à l'important legs de Monsieur Hatabian, CHENE a réhabilité deux écoles maternelles : une à Haghtanag et une à Artchis (Tavouch). « Nous avons sélectionné cette action, car les restaurations et créations d'écoles maternelles ne sont pas financées par l'Etat, selon la loi de la République d'Arménie », confie M. Kultcheyan. « Il est important de signaler que pour la réalisation de ces deux projets, les municipalités de Haghtanag et d'Artchis ont suggéré à Shen Arménie de faire appel à des ouvriers qualifiés locaux, car ces derniers seraient autrement partis à l'étranger pour travailler dans le bâtiment. C'était un moment très émouvant pour ces familles et pour l'ensemble des habitants de ces villages de voir les hommes rénover l'école du village et surtout, rester avec leurs femmes et enfants. En parallèle, toujours grâce à ce legs, nous avons restauré un dispensaire à Nerkin-Horatagh (Artsakh). Comme pour la plupart des projets nous établissons un cahier des charges et une convention avec Shen Arménie et un suivi avec visites en cours et fin de travaux.

Cette année, nous avons également financé la colonie d'été des enfants à Yeghnadjour (Chirak), située à la frontière avec la Géorgie et la Turquie. C'est un village perché à 2 400 mètres d'altitude où nous investissons depuis plus de vingt ans. Nous avons aidé les habitants à restaurer leurs maisons pour accueillir des citadins et nous avons financé la construction d'un grand bâtiment pour y organiser une colonie d'été gérée par Shen Arménie. Nous versons 5 000 euros par an pour que les enfants de familles défavorisées, sélectionnés par Shen Arménie et par le Primat de l'Eglise Apostolique Arménienne de Chirak, puissent s'épanouir et passer un moment agréable avec d'autres enfants de leur âge. Sur proposition de Hovhannes Guévorkian, représentant de la République d'Artsakh en France, nous avons également lancé le programme Armath qui initie les jeunes à la technologie et à l'ingénierie. Nous avons ainsi financé l'équipement d'une salle informatique de l'école d'Aradjadzor (Artsakh). Pour finir sur les projets 2019-2020, nous sommes très satisfaits d'avoir achevé la restauration des réseaux d'eau potable et d'irrigation du village de Navour (Tavouch) avec le soutien de la Fondation Léa et Napoléon Bullukian. »

Le focus de CHENE France n'est pas seulement sur l'Arménie et l'Artsakh. En effet, l'association a participé financièrement à la construction du Collège Kevork H. Arabian d'Alfortville, a aidé les Arméniens de Syrie via le Catholicossat Arménien de Cilicie, et a participé aux projets au Djavakhk et à Tiflis via la branche CHENE Géorgie. « Il y a toujours des projets à réaliser pour améliorer le cadre de vie de nos compatriotes, projets que nous déterminons en fonction des fonds collectés, car toute initiative doit être préalablement financée », indique M. Kultcheyan. « Pour conclure, je dirais que si CHENE a fait tout ce chemin, c'est surtout grâce aux amis, aux bénévoles, aux donateurs et au soutien des médias, associations et institutions. Encore merci à toutes et à tous ! »

Propos recueillis par

Chant MARJANIAN

Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.chene-france.org.

Pour toute demande de renseignement, pour toute remarque ou suggestion ou bien pour faire un don,

écrivez à CHENE France à l'adresse suivante : 24, rue de Maubeuge, 75009 Paris, ou par e-mail : contact@chene-france.org.

Partager
Imprimer
Dernière mise à jour : 16/11/2019 10:45 
HMEM 30 nov

 
Nouveautés boutique
Archives
NH Hebdo N° 180- 05/12/2019
 
NH Hebdo N° 179 - 28/11/2019
 
NH Hebdo N° 178- 21/11/2019
 
NH Hebdo N° 177 - 14/11/2019
 
NH Hebdo N° 176 - 07/11/2019